Yvette Champion est née le 5 août 1915 à Crouzilles, en Indre-et-Loire. Sa mère, veuve à 28 ans, élève seule ses enfants, elle est femme de service à l’école Raspail à Tours.

Yvette se marie avec un militant communiste avant la guerre. Le couple rentre dans la Résistance, le mari et la femme sont des combattants du Front national au moment de leur arrestation.

L’arrestation

Le couple est arrêté le 4 août 1942 par la Gestapo sur dénonciation d’un membre du groupe qui a parlé sous la torture.

Yvette Marival quitte la prison de Tours où elle internée pour le fort de Romainville le 7 novembre 1942.

JPEG - 128.9 ko

Auschwitz

JPEG - 142.9 ko
Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II)
par lequel sont passés les “31000”
(accès depuis la rampe de la gare de marchandises
et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…).
© Gilbert Lazaroo, février 2005.

Yvette Marival est morte dès les premiers jours après l’arrivée à Birkenau, au block 14, elle a été retrouvée morte un matin.

Sa famille apprend sa mort par la radio de Londres au printemps 1944.

La famille

Le mari d’Yvette Marival meurt également en déportation, ainsi que son beau-frère.

Sources :

- Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédition 1998), pages 192