Roland Soyer en 1931. © Collection Michel Winkel, son neveu.

Roland Soyer en 1931.
© Collection Michel Winkel, son neveu.

Roland, Henri, Anatole, Soyer naît le 7 février 1911 à Fouilloy (Oise – 60) – village traversé par la route nationale 15 bis – fils de Henri Soyer, 33 ans, employé des chemins de fer à la Compagnie du Nord, et de Marguerite Daverton, son épouse, 26 ans, couturière (il est possible que celle-ci meurt en couches). Roland a trois sœurs, Liliane, née en 1904, Madeleine, née en 1905, et Cécile, née en 1907.

Roland Soyer enfant. © Collection Michel Winkel, son neveu.

Roland Soyer enfant.
© Collection Michel Winkel.

Roland Soyer conscrit. © Collection Michel Winkel.

Roland Soyer conscrit.
© Collection Michel Winkel.

Au moment de son arrestation, il est domicilié à Abancourt (60) ; son adresse reste à préciser.

Mariage de Roland et Émilia. © Collection Michel Winkel.

Mariage de Roland et Émilia.
© Collection Michel Winkel.

Marié à Émilia, ils ont deux enfants : Pierre et Rolande.

Roland Soyer est cheminot, homme d’équipe à la gare d’Abancourt (désigné comme aiguilleur sur un document).

JPEG - 109.6 ko
Abancourt. La gare.
Carte postale envoyée en 1936. Coll. Mémoire Vive.
JPEG - 130.5 ko
Détail : les aiguillages.

La police ne lui connaît pas d’activité politique.

En septembre 1941, il est surpris au moment où il dessine, « dans un lieu public [?], les attributs du Parti communiste ». Il prend alors « l’engagement de ne plus se livrer à aucune propagande subversive ».

Le 17 octobre, le commissaire de police spécial de Beauvais remet une liste des communistes de l’arrondissement à la Kreiskommandantur. Roland Soyer y est inscrit parmi quatre cheminots d’Abancourt.

Le 20 octobre, Roland Soyer est arrêté et rapidement interné au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise – 60), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager). Il y est enregistré sous le matricule n° 1837.

Le 20 février 1942, le chef de la Feldkommandantur 580 à Amiens – ayant autorité sur les départements de la Somme et de l’Oise – insiste auprès du préfet de l’Oise, Paul Vacquier [1], afin que la fiche de chaque interné du Frontstalag 122 pour activité communiste demandée à l’administration préfectorale indique « son activité politique antérieure (très détaillée si possible), ainsi que les raisons qui militent pour ou contre sa prompte libération du camp d’internement ».

Le 10 mars, le préfet de l’Oise écrit au Ministre secrétaire d’État à l’Intérieur pour lui transmettre ses inquiétudes quant à cette demande : « Étant donné que parmi les internés du camp de Compiègne une vingtaine déjà ont été fusillés en représailles d’attentats commis contre les membres de l’armée d’occupation, il est à craindre que ces autorités aient l’intention de se servir de mon avis pour désigner de nouveaux otages parmi ceux pour lesquels j’aurais émis un avis défavorable à la libération. Me référant au procès-verbal de la conférence des préfets régionaux du 4 février 1942, qui précise “qu’en aucun cas les autorités françaises ne doivent, à la demande des autorités allemandes, procéder à des désignations d’otages”, j’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien me donner vos directives sur la suite qu’il convient de réserver à la demande dont je suis saisi… »

Le 24 avril, Paul Vacquier transmet à la Feldkommandantur 580 les notices individuelles concernant les « personnes internées au camp de Compiègne, figurant sur la liste [qui lui a été] communiquée et domiciliées dans le département de l’Oise » qui mentionnent uniquement « des renseignements concernant l’état civil, la parenté et la situation matérielle ». En outre, le préfet demande quelle suite a été réservée aux demandes de libération d’internés français qu’il a présentées dans ses lettres des 14 et 17 avril. Une notice concernant Roland Soyer figurait dans le deuxième courrier avec le commentaire : « Sa libération ne constituerait aucun danger pour l’ordre public et la sécurité des troupes d’occupation. »

Le 13 mai 1942, répondant à des directives concernant la désignation d’otages par les autorités allemandes, le préfet de l’Oise demande au chef du gouvernement, ministre secrétaire d’État à l’Intérieur (Laval ?) d’intervenir afin de faire libérer 24 « personnes (…) non susceptibles d’être dangereuses ». Parmi celles-ci, figure Roland Soyer, « impulsif qui a été signalé comme propagandiste ; mais ne paraît pas dangereux ».

Enfin, le 29 juin, Paul Vacquier écrit à la Feldkommandantur 580 pour essayer d’obtenir la sortie du Frontstalag 122 de soixante-quatre ressortissants de son département – dont Roland Soyer – au motif « qu’aucun fait matériel d’activité communiste n’a été relevé à leur encontre depuis l’arrivée des forces allemandes dans la région », envisageant la possibilité d’interner certains d’entre eux « dans un camp de concentration français ». Sa démarche ne reçoit pas de réponse.

Le mal est probablement déjà fait : quand elles ont procédé à des arrestations dans l’Oise entre juillet et septembre 1941, les forces d’occupation ne disposaient-elles pas déjà d’informations et d’appréciations transmises par certains services de la police française ? N’en ont-elles pas obtenu d’autres par la suite ? Le préfet craignait la fusillade. Ce sera la déportation.

Entre fin avril et fin juin 1942, Roland Soyer est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

JPEG - 128.9 ko

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, Roland Soyer est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) ; peut-être sous le numéro 46112 selon les listes reconstituées (la photo du détenu portant ce matricule n’a pas été retrouvée).

JPEG - 77.1 ko
Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz.
Le portrait d’immatriculation de ce détenu a disparu.

Après l’enregistrement, les 1170 arrivants sont entassés dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit.

Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau où ils sont répartis dans les Blocks 19 et 20.

Le 10 juillet, après l’appel général et un bref interrogatoire, ils sont envoyés au travail dans différents Kommandos.

Le 13 juillet – après cinq jours passés par l’ensemble des “45000” à Birkenau – la moitié des membres du convoi est ramenée au camp principal (Auschwitz-I) après l’appel du soir. Aucun document ni témoignage ne permet actuellement de préciser dans lequel des deux sous-camps du complexe concentrationnaire a été affecté Roland Soyer.

Il meurt à Auschwitz à une date inconnue, très probablement avant la mi-mars 1943 [2].

Son nom est inscrit sur la plaque dédiée par « la SNCF à ses morts, guerre 1939 1945 » et apposée dans la salle d’attente de la gare d’Abancourt, ainsi que sur une plaque sur le monument aux morts de Fouilloy.

À une date restant à préciser, le conseil municipal d’Abancourt a donné son nom à une rue de la commune.

La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 27-09-2003).

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 369 et 420.
- Archives départementales de l’Oise, site internet : recensement de 1906 et de 1911 à Fouilloy.
- Archives départementales de l’Oise, Beauvais ; cote 33W 8253/1, exécutions d’internés, camp de Royallieu, mesures contre les communistes ; cote 141w 1162, Internement administratif.
- Archives départementales de la Somme, Amiens, correspondance de la préfecture sous l’occupation, cote 26w809.
- Site Mémorial genWeb, relevé de Cédric Hook (11-2004).
- Blog de l’association Rail et Mémoire, et message de Véronique Desormeaux (06-2015).
- Message de Michel Winkel, fils de Cécile, sœur de Roland Soyer (06-2015).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 9-06-2015)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous dispose (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.

[1] Paul Vacquier, nommé préfet de l’Oise le 22 mai 1940, au début de l’offensive allemande, cherche ensuite à maintenir un semblant de souveraineté française à l’échelon local, ce qui lui vaut son départ le 30 octobre 1942.

[2] La date de décès inscrite sur les actes d’état civil : Dans les années qui ont suivi la guerre, devant l’impossibilité d’obtenir des dates précises de décès des déportés, mais soucieux d’établir les documentsadministratifs nécessaires pour le versement des pensions aux familles, les services français d’état civil – dont un représentant officiait au ministère des Anciens combattants en se fondant sur diverses sources, parmi lesquelles le témoignage approximatif des rescapés – ont très souvent fixé des dates fictives : le 1er, le 15, le 30, le 31 du mois, voire le jour (et le lieu !) du départ.

S’agissant de Roland Soyer, c’est 15 octobre 1942 qui a été retenu pour certifier son décès. Leur inscription sur les registres d’état civil rendant ces dates officielles, certaines ont quelquefois été gravées sur les monuments aux morts.