JPEG - 40.1 ko
© Photo association Déville d’Hier.

Roger, Louis, Jacques, Honoré, Bonnifet naît le 27 décembre 1907 à Cherbourg (Manche – 50).

Ouvrier métallurgiste, il a une formation d’ajusteur.

À une date restant à préciser, il se marie avec Louise Robert.

Il est officier de réserve.

Roger Bonnifet est employé comme monteur à la Compagnie Française des Métaux (CFM) à Déville, où l’on fabrique des tubes d’acier sans soudure. C’est l’ancienne « usine à plomb », dite « Le Plomb » ; André Bardel, de Maromme, et Ferdinand Thiault, de Déville-lès-Rouen, y travaillent également.

JPEG - 106.4 ko
Déville-les-Rouen. L’usine de la Compagnie des Métaux
de Déville. Carte postale des années 1900. Coll. Mémoire Vive.

Syndicaliste actif, « à la tête » des grèves de 1936, il est délégué des ouvriers de l’usine, avec Charles, Gustave, Delarue (fusillé à Compiègne) et Émile Hélouis. Il devient secrétaire-adjoint du Syndicat des Métaux de Rouen.

Il est également secrétaire de la cellule communiste de l’entreprise – secondé par Émile Hélouis etFerdinand Thiault – puis secrétaire de la section de la Vallée.

Le 26 septembre 1938, il est rappelé sous les drapeaux et affecté à une compagnie du 239e régiment d’infanterie comme lieutenant de réserve.

Roger Bonnifet est licencié de la CFM en 1938 (probablement à la suite de la grève nationale du 30 novembre, déclenchée pour défendre les mesures sociales du gouvernement de Front populaire). Mais, « grâce à l’action persuasive de ses camarades ouvriers… il est réintégré dans son poste. »

La famille Bonnifet est domiciliée au 658, route de Dieppe, à Déville-lès-Rouen, à l’ouest de l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime [1] – 76). Leur habitation se compose d’une cuisine et d’unesalle à manger au rez-de-chaussée, de deux chambres et d’un débarras au premier étage, surmontés d’un grenier, et enfin d’un jardin avec un cellier.

Pendant la guerre, il est possible que Roger Bonnifet soit mobilisé comme capitaine.

Quand il revient à Déville, la direction de la CFM refuse de le réembaucher – ainsi que Hélouis, Thiault et Gilbert Thérin – sous prétexte que cela « constituerait un danger pour la vie sociale de l’établissement ». Au moment de son arrestation, Roger Bonnifet se déclare comme bûcheron.

Le 5 octobre 1940, le commissaire de police spéciale de Rouen adresse au préfet de Seine-Inférieure un rapport dans lequel il indique que des exemplaires des n° 2 et 3 de La Vie Ouvrière, datés des 8 et 27 septembre, ont été distribués à certains ouvriers des Fonderies de Lorraine à Saint-Étienne de Rouvray. « D’après les renseignements qui [lui] ont été fournis, ces tracts seraient distribués par d’anciens membres du parti communiste qui s’emploieraient à organiser dans toute la banlieue rouennaise les anciennes section du Syndicat de la Métallurgie sous le dénomination de “Comités populaires”. Les principaux dirigeants de ce mouvement seraient les nommés : Paul Lemarchand, ex-secrétaire du Syndicat de la Métallurgie, chargé pendant la guerre de la liaison entre les organismes clandestins du parti dissous. Bonnifet […]. Cléret, trésorier de l’ex-Syndicat unitaire de la Métallurgie […]. Une enquête est ouverte et une surveillance sera exercée en vue de prendre en flagrant délit de distribution de tractscommunistes les auteurs de cette propagande. »

Le 23 novembre suivant, le commissaire central de Rouen perquisitionne le domicile de Roger Bonnifet accompagné de deux inspecteurs et d’un autre commissaire « en vue de saisir tous écrits et documents en infraction au décret du 26 septembre 1939 portant dissolution des organisation dissoutes ». « Toutes les pièces et tous les meubles ont été visités minutieusement », sans que ces recherches aboutissent à la moindre découverte.

Le 5 mars 1941, le directeur de la CFM se rend au commissariat central de Rouen pour « demander qu’une mesure administrative [internement] soit prise contre les nommés Bonnifet, Delarue et Thérin, anciens ouvriers de son usine, non-réembauchés et pour lesquels il a dû verser à chacun 10.000 francs d’indemnités après arrangement amiable. Il accuse les sus-nommés de continuer la propagande communiste auprès de ses ouvriers, mais sans preuve, et de s’occuper directement et activement des questions syndicales et de prendre la défense des ouvriers licenciés en Justice de paix et au Conseil prud’homal. »

Le 10 avril suivant, l’inspecteur de police spéciale Fernand Madeleine rédige un rapport : « L’ancien chef de la cellule de Déville-les-Rouen, Bonnifet Roger […] a été obligé d’aller travailler comme bûcheron en forêt de Brotonne […] De ce fait, la propagande communiste est restreinte, car Bonnifet était l’instigateur de toutes les menées communistes dans cette dernière localité… ».

Le 4 août , répondant à une note du préfet de Seine-Inférieure datée du 22 juillet, le commissaire principal de police spéciale de Rouen transmet à celui-ci une liste nominative de 159 militants et militantes communistes de son secteur dont il préconise de prononcer l’internement administratif dans un camp de séjour surveillé, tous anciens dirigeants ou militants convaincus ayant fait une propagande active et soupçonnés de poursuivre leur activité clandestinement et « par tous les moyens ». Parmi eux, Roger Bonnifet…

Le 19 septembre, son nom figure déjà dans un courrier du commandant de la Feldkommandantur 517 de Rouen concernant les listes d’otages communistes.

Le 22 octobre 1941, à 6 heures du matin, Roger Bonnifet est arrêté à son domicile par des gendarmes français « sur ordre des Allemands » pour son action politique – en même temps que Ferdinand Thiault, de Déville – lors de la grande vague d’arrestation des adhérents communistes et syndicalistes de l’agglomération rouennaise [2]. ; ceux-ci sont conduits et rassemblés à la caserne Hatry de Rouen.

Le 25 octobre, Roger Bonnifet est transféré au camp allemand de Royallieu à Compiègne [3] (Oise – 60), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager).

JPEG - 96.1 ko
Le quartier “A” de la caserne de Royallieu à Compiègne,
futur “camp des communistes” du Frontstalag 122 ;
à droite, sont visibles les bâtiments A4, A5, A6, A7 et A8.
Carte postale des années 1930. Collection Mémoire Vive.

Le 8 décembre, il figure sur une liste de 28 communistes à « transférer vers l’Est », établie par laFelkommandantur 517 de Rouen.

Le 29 janvier 1942, il figure sur une liste d’otages à fusiller (trois “titulaires” et quatre remplaçants) suite à un attentat contre des membres de la Wehrmacht à Elbeuf le 21 janvier.

À Compiègne, le 31 mars 1942, Roger Bonnifet voit son camarade Lucien Levavasseur, ancien secrétaire du syndicat des textiles du Houlme, conseiller municipal, partir pour être fusillé [4]. Celui-ci lui demande que la revue qu’il avait montée pour le théâtre des détenus soit quand même jouée.

Le 30 avril 1942, Roger Bonnifet reçoit la visite de sa femme. Roger Abada le caractérise comme « si digne ».

Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande, en application d’un ordre de Hitler.

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

JPEG - 145.8 ko
Les deux wagons à bestiaux
du Mémorial de Margny-les-Compiègne,
installés sur une voie de la gare de marchandise
d’où sont partis les convois de déportation. Cliché M.V.

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, Roger Bonnifet est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) ; peut-être sous le numéro 46221, selon les listes reconstituées. Aucune photo de détenu de ce convoi n’a été retrouvée après le matricule 46172.

JPEG - 77.1 ko
Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz.
Le portrait d’immatriculation de ce détenu a disparu.

Après l’enregistrement, les 1170 arrivants sont entassés dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit.

Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau où ils sont répartis dans les Blocks 19 et 20. Le 10 juillet, après l’appel général et un bref interrogatoire, ils sont envoyés aux travail dans différents Kommandos.

Roger Bonnifet est battu « à cause de son nez », les nazis voulant lui faire dire qu’il était juif, selon Philippe Ruc.

Atteint d’œdème [5], il aurait été “sélectionné” pour la chambre à gaz.

JPEG - 130 ko
Chargement des morts et mourants pour les Krematoriums
de Birkenau. Dessin de François Reisz, extrait deTémoignages
sur Auschwitz
 édité par l’Amicale des déportés d’Auschwitz
au 4e trimestre 1946.

Dans une lettre adressée à la veuve de Paul FaurieEugène Garnier raconte les conditions dans lesquelles Roger Bonnifet a disparu : « Paul Faurie, Roger Bonnifet et l’un des frères Clément (Ernest) ont été tous les trois pris dans une sélection et destinés à passer à la chambre à gaz. (…) Ils ont été emmenés en camion et tous trois chantaient de toutes leurs forces La Marseillaise. Cet événement a fait beaucoup de bruit dans le camp de Birkenau où il eut lieu, aussi bien que dans le camp (principal) d’Auschwitz où les SS eux-mêmes furent ébranlés par l’héroïsme de nos camarades. D’ailleurs, quand nous avons été libérés par l’Armée rouge, nous avons fait (André Faudry de Saint-Maur et moi) un rapport à la Commission d’enquête soviétique dans lequel nous avons cité cet événement. »

Eugène Garnier situe ce départ pour la chambre à gaz en janvier 1943. Dans les registres d’état civil d’Auschwitz encore conservés, on trouve le nom d’Ernest Clément à la date du 19 février 1943 ; on peut donc penser que Roger Bonnifet est mort le même jour.

Par sa délibération du 2 avril 1947, le Conseil municipal donne son nom une rue nouvelle partant de la rue de la République et aboutissant à la cité départementale.

À titre posthume, Roger Bonnifet est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur et reçoit la médaille de la Résistance et la Croix de Guerre avec palme (J.O.R.F. 13-03-1953).

La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 30-09-1987).

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 377 et 396.
- Cl. Cardon-Hamet, notice pour l’exposition de Mémoire Vive sur les “45000” et “31000” de Basse-Normandie (2000), citant : Témoignage enregistré de Roger Abada (45157) – Centre de documentation juive contemporaine (CDJC), Paris ; Liste d’otages – Thèse de Stéphane Courtois, Archives municipales de Rouen (25/3/1992) – Lettre et notes de Philippe Ruc (23/5/1992) ; photo (aujourd’hui Président de l’association Déville d’Hier / Déville d’Aujourd’hui, créée en juin 2000) – Témoignage de Victor Louarn(45805) : « …Mort avec Christophe Le Meur. On le prenait pour un Juif »).
- Alain Alexandre et Stéphane Cauchois, Résistance(s), Rouen, sa région, la vallée du Cailly entre histoire et mémoire, 1940-1944, éditions L’écho des vagues, avril 2015, pages 14-28.
- Cl. Cardon-Hamet, messages (08 et 09-2012).
- Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier français, sous la direction de Jean Maitron, tome 19, p. 422 ;
- Louis Eudier (45523), Notre combat de classe et de patriotes (1939-1945), imprimerie Duboc, Le Havre, sans date (1977 ?), p. 86 et 87, listes à la fin de son livre.
- Philippe Ruc, envoi du portrait civil de Roger Bonnifet (messages 03-2012).
- Philippe Ruc, Déville-lès-Rouen, les déportés politiques, les résistants, les prisonniers et les requis, 1999, brochure, page 46.
- Paul Le Goupil, du convoi des tatoués (matricule 185899), Mémorial des Français non-juifs déportés à Auschwitz, Birkenau et Monowitz, ces 4500 tatoués oubliés de l’Histoire, page 15.
- Archives départementales de Seine-Maritime, Rouen, site de l’hôtel du département, cabinet du préfet 1940-1946, répression du PC (cote 51 W 403), recherches conduites avec Catherine Voranger, petite-fille de Louis jouvin (“45697”).
- Mémorial de la Shoah, Paris, site internet, archives du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) ; doc. XLIII-67, XLIII-56 et XLIII-49.
- Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 ; relevé des registres (incomplets) d’actes de décès du camp d’Auschwitz dans lesquels a été inscrite, du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, la mort de 68 864 détenus immatriculés dans le camp (sans indication du numéro attribué).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 31-08-2015)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.

[1] Seine-Maritime : département dénommé “Seine-Inférieure” jusqu’au 24 janvier 1955.

[2] Le “brûlot de Rouen” et la rafle d’octobre 1941 : L’arrestation massive de plusieurs dizaines (*) de militants politiques et syndicaux – ou soupçonnés tels – a suivi de peu le déraillement d’un train de matériel militaire allemand sur la ligne Rouen-Le Havre, dans le tunnel de Pavilly, à 1500 m de la gare de Malaunay, le 19 octobre 1941 ; ce sabotage étant l’un des objectifs visés par le “brûlot” de Rouen (groupe mobile de la résistance communiste).

Néanmoins, les fiches d’otages des “45000” appréhendés dans cette période mentionnent que ces arrestations mettaient en application un ordre du Commandant de la région militaire A, daté du 14 octobre 1941. Ainsi, entre le 17 et le 25 octobre, il y eut le même type de rafles de “communistes” dans sept autres départements de la zone occupée. Il est probable que ces arrestations aient été ordonnées pour assurer la saisie de communistes destinés à être placés sur les listes d’otages de cette région militaire. En effet, tous les hommes appréhendés furent remis aux allemands qui les transférèrent à Compiègne entre le 19 et le 30 octobre 1941.

Quarante-quatre des otages arrêtés ces jours-là dans le secteur de Rouen furent déportés dans le convoi du 6 juillet 1942. Beaucoup furent fusillés au titre de représailles dans les semaines qui suivirent.

(*) Cent cinquante selon la brochure “30 ans de luttes“, éditée en 1964 par la fédération du Parti Communiste de Seine-Maritime

[3] Sous contrôle militaire allemand, le camp de Royallieu a d’abord été un camp de prisonniers de guerre (Frontstalag 122), puis, après l’invasion de l’URSS, un « camp de concentration permanent pour éléments ennemis actifs ». À partir de septembre 1941, on y prélève – comme dans les autres camps et prisons de zone occupée – des otages à fusiller. À partir du 12 décembre 1941, un secteur du sous-camp “C” est réservé aux Juifs destinés à être déportés à titre de représailles. Le camp des Juifs est supprimé le 6 juillet 1942, après le départ de la plupart de ses internés dans le convoi transportant les otages communistes vers Auschwitz. Les derniers détenus juifs sont transféré au camp de Drancy (Seine-Saint-Denis – 93)

[4] Le camarade fusillé : si le nom du fusillé est exact, la date est erronée, car Lucien Levavasseur (ou Levasseur sur certains documents allemands et sites) est fusillé le 14 février 1942. À la date du 31 mars, l’otage exécuté est Gustave Delarue.

[5] œdème : accumulation anormale de liquide séreux dans les tissus créant un gonflement visible. L’œdème sur une ou deux jambes était fréquent dans les camps et un des critères les plus connus pour la “sélection des inaptes au travail”.