JPEG - 14.2 ko
Collection Sylvie Picquenot. 
D.R.

Pierre, Jean, Marin, Picquenot naît le 6 juillet 1900 à Hainneville [1], agglomération de Cherbourg (Manche – 50), fils de Marin Picquenot et de Marie Boissy, son épouse.

Le 10 février 1925 à Cherbourg, Pierre Picquenot – chaudronnier en fer – épouse Marie-Louis Enault, née le 21 février 1903 dans cette ville, fille de salle (employée d’hôpital). Ils ont deux enfants : Pierre, né le 2 juin 1926, et Roger, né le 22 juin 1931.

Au moment de l’arrestation du chef de famille, celle-ci est domiciliée au 129, rue Saint-Sauveur à Octeville, agglomération de Cherbourg (50).

Ouvrier métallurgiste, Pierre Picquenot est employé à l’Arsenal de Cherbourg, comme Lucien Levaufre, d’Octeville, et Lucien Siouville, de Cherbourg.

JPEG - 112.2 ko
Cherbourg. Le port militaire et les ateliers des forges de l’Arsenal 
dans les années 1900. Carte Postale. Coll. Mémoire Vive.

Militant communiste, il diffuse notamment la presse du parti.

Après l’entrée en guerre de septembre 1939, Pierre Picquenot est révoqué de l’Arsenal. C’est probablement alors qu’il est embauché par la Maison Ratti, à Cherbourg.

Sous l’occupation, il poursuit son engagement militant dans la clandestinité, en participant à la répartition et à la diffusion de tracts, intégrant le Front national [2] après sa création en mai 1941.

Le 21 octobre 1941 à 21 h 30, un sous-lieutenant de la Feldgendarmerie, accompagné de quatre gendarmes se présente au domicile de Pierre Picquenot afin, soit-disant, d’y opérer une perquisition à la recherche d’armes. Bien que celle-ci soit infructeuse, Pierre Picquenot est arrêté – devant son fils. Pierre Picquenot est conduit à la prison maritime de Cherbourg, comme Levaufre, Siouville, Pierre Cadiou, d’Equeurdreville, ouvrier paveur à l’Arsenal, qui seront déportés avec lui (et Matelot, Lecour, Sizou ?).

Le 3 décembre, remis aux autorités d’occupation à leur demande, Pierre Picquenot est transféré au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise – 60), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 -Polizeihaftlager), où il est enregistré sous le matricule n° 2132. Pendant un temps, il est assigné au bâtiment A0 (à vérifier…).

Entre fin avril et fin juin 1942, Pierre Picquenot est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

JPEG - 145.8 ko
Les deux wagons à bestiaux 
du Mémorial de Margny-les-Compiègne, 
installés sur une voie de la gare de marchandise 
d’où sont partis les convois de déportation. Cliché M.V.

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, Pierre Picquenot est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45984 (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée).

JPEG - 77.1 ko
Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz. 
Le portrait d’immatriculation de ce détenu a disparu.

Il meurt à Auschwitz le 27 août 1942, selon les registres du camp [3].

Soit par l’intermédiaire de l’administration française, soit par l’intermédiaire de la Croix-Rouge, Marie-Louise Picquenot engage une demande d’information sur la situation de son mari qui parvient à l’agence centrale des prisonniers de guerre du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), basé à Genève (Suisse). Le 1er septembre 1943, l’organisation transmet cette demande sa “filiale” germanique. Le 16 octobre, la Croix-Rouge allemande s’adresse à son tour au Bureau central de sécurité du Reich (la « Gestapo ») à Berlin. Le 6 avril 1944, la police répond à la Croix-Rouge allemande en utilisant un formulaire sur lequel il suffit de rayer la mention inutile : « b) pour des raisons de police d’État, aucun renseignement ne peut être donné sur son lieu de séjour ni sur son état de santé. » On ne sait pas si cet avis a été transmis à Madame Picquenot.

Le 20 novembre 1955, Marie-Louise Picquenot signe un formulaire de demande d’attribution de la mention “Mort pour la France” en faveur d’une victime civile de la guerre.

Le 16 septembre 1955, Madame Picquenot signe un formulaire de demande d’attribution du titre de déporté politique au nom de son mari. Le 14 juin 1954, la Commission départementale des déportés et internés politiques émet un avis favorable, suivie par la commission nationale le 17 septembre suivant. Le 11 octobre, la demande est acceptée par le ministère des Anciens combattants et Victimes de guerre et le chef du bureau des fichiers et de l’état-civil déporté envoie une carte de déporté politique délivrée à Madame Picquenot (n° 1176 0552).

La mention “Mort en déportation” est apposée sur l’acte de décès de Pierre Picquenot (14-12-1997).

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 127 et 128, 366 et 417. 
- De Caen à Auschwitz, par le collège Paul Verlaine d’Evrecy, le lycée Malherbe de Caen et l’associationMémoire Vive, éditions Cahiers du Temps, Cabourg (14390), juin 2001, notice par Cl. Caron-Hamet page 130. 
- Message de Sylvie Cauvin, petite-fille de Pierre Picquenot (05-2006). 
- Death Books from Auschwitz, Remnants, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, K.G.Saur, 1995 ; relevé des registres (incomplets) d’actes de décès du camp d’Auschwitz dans lesquels a été inscrite, du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, la mort de 68 864 détenus pour la plupart immatriculés dans le camp (sans indication du numéro attribué), tome 3, page 927 (25348/1942). 
- Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), ministère de la Défense, Caen, dossier de Pierre Picquenot (cote 21 p 525 526), recherches de Ginette Petiot (message 05-2013).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 22-05-2013)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.

[1] Hainneville : commune aujourd’hui unie à celle d’Équeurdreville.

[2] Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France : mouvement de Résistance constitué en mai 1941 à l’initiative du PCF clandestin (sans aucun lien avec l’organisation politique créée en 1972, dite “FN” et toujours existante).

[3] Différence de date de décès avec celle inscrite sur les actes d’état civil :

Dans les années qui ont suivi la guerre, devant l’impossibilité d’obtenir des dates précises de décès des déportés, mais soucieux d’établir les documents administratifs nécessaires pour le versement des pensions aux familles, les services français d’état civil – dont un représentant officiait au ministère des Anciens combattants en se fondant sur diverses sources, parmi lesquelles le témoignage approximatif des rescapés – ont très souvent fixé des dates fictives : le 1er, le 15, le 30, le 31 du mois, voire le jour (et le lieu !) du départ.

S’agissant de Pierre Picquenot, c’est le 15 septembre 1942 qui a été retenu par le jugement déclaratif de décès du 22 janvier 1947 (application de la loi du 30 avril 1946).

Leur inscription sur les registres d’état civil rendant ces dates officielles, certaines ont quelquefois été gravées sur les monuments aux morts.