En 1938 © Corinne Dromard-Abspoel.

En 1938 © Corinne Dromard-Abspoel.

Lucie, Andrée, Lable naît le 14 mai 1905 à Nevers (Nièvre), chez ses parents Antoine Lable, 35 ans, peintre en bâtiment, et Hélène Blois, 29 ans, son épouse, domiciliés au 6, rue Creuse. Lucie est la deuxième d’une famille de cinq enfants, dont Marcelle et Albert. Alors que Lucette a à peine six ans (1911), la famille se transporte à Tours (Indre-et-Loire), sans doute parce que le père y a trouvé un meilleur emploi.

Lucie – “Lulu” – va à l’école communale jusqu’au certificat d’études primaires, puis apprend le métier de culottière.

Le 29 avril 1923, à Tours, peu avant son dix-huitième anniversaire, elle se marie avec Camille Jean Pécheux, né le 2 mai 1900 dans cette ville, employé de commerce.

Camille Pécheux, dans les années 1930. © Collection Corinne Dromard.

Camille Pécheux, dans les années 1930.
© Collection Corinne Dromard.

Leurs fille, Gisèle, Andrée, naît le 6 novembre 1923 à Tours. Mais le couple se séparera.

En 1935, Lucie Pécheux adhère au parti communiste, et au Secours populaire de France en 1937, sans y occuper aucune fonction. Dans ce cadre, elle rencontre René Despouy, responsable de la section de Tours/Saint-Pierre-des-Corps des Jeunesses communistes, et Jean Pottier, né le 15 juin 1913 à Tours, menuisier-ébéniste, ayant adhéré au Parti communiste en 1937, secrétaire régional des Jeunesses communistes en 1938, avec qui elle se mettra en ménage.

Lucie au centre, entourée de sa sœur Marcelle (à gauche) et de sa fille Gisèle (à droite). © Corinne Dromard-Abspoel.

Lucie au centre, entourée de sa sœur Marcelle (à gauche) et de sa fille Gisèle (à droite).
© Corinne Dromard-Abspoel.

Jean Pottier est mobilisé en septembre 1939. N’ayant pas été fait prisonnier lors de la Débâcle, il est démobilisé à l’été 1940, et s’installe dans la capitale, habitant un logement modeste, situé sous les combles d’une maison bourgeoise, au 5, rue de l’Odéon (Paris 6e). Lucie Pécheux y habite à partir du 15 octobre suivant. Jean Pottier travaille (en dernier lieu) à la maison Queriel, un atelier de menuiserie au 81, rue Saint-Dominique, Paris 7e. Lucie est mécanicienne en confection à la maison Magfa, sise au 5 et 7 rue des Arquebusiers (Paris 3e). Gisèle, fille de Lucie, vit avec eux.  À l’été 1941, elle travaille à la maison Abraham, au 46, rue de Turenne (Paris 3e), confectionnant des imperméables.

Bien que leur logement soit exigu, le couple héberge des clandestins de passage, dont, à partir du premier trimestre 1942, René Despouy, alors âgé de 26 ans et à la direction nationale des JC clandestines.

Jean Pottier mène la vie des militants communistes : le jour, il travaille, la journée terminée, il colle des affiches, transporte des brochures. Afin de noter ses rendez-vous clandestins, il utilise un ancien carnet de Gisèle dans lequel celle-ci avait inscrit deux adresses de ses propres relations, dont celle d’Adèle Salomon [1], une camarade d’atelier quand elle travaillait à la maison Abraham. Par l’intermédiaire de Despouy, Jean Pottier entre en contact avec Maurice Quedec et sa compagne, Lucie Mansuy, domiciliés au 14, rue Desnoyers (Paris 20e).

De son côté, Lucie recueille des fonds pour les combattants clandestins, emmagasine des brochures dans une soupente.

Par l’intermédiaire d’une collègue de travail de Lucie, le couple effectue les démarches permettant de fournir à leur “hôte” une nouvelle “planque”, dans un logement au 14, rue Oberkampf…

Charlotte Delbo relate : Jean Pottier « participe à des coups de main comme l’affaire de la rue de Buci : le dernier dimanche de mai 1942, un groupe de francs-tireurs ameute les ménagères à l’heure du marché – c’est plutôt l’heure de la queue au marché – rue de Buci. L’un d’eux, juché sur une petite voiture, les harangue. En un clin d’œil les éventaires sont renversés, les denrées distribuées. La police cerne le quartier, quatre des hommes sont pris – ils seront guillotinés à la Santé en juillet 1942, Pottier s’échappe. » [2] Mais ce n’est pas pour cette action – dans laquelle son nom n’a pas été cité par d’autres participants – qu’il est arrêté…

En effet, en “filant” – entre autres – Gustave et Renée Pitiot, agents de liaison à la fois pour l’équipe technique d’imprimerie que dirige alors Arthur Tintelin et pour la direction des Jeunesses communistes, les inspecteurs de la brigade spéciale anticommuniste (BS1) des Renseignements généraux parviennent à “loger” et identifier de nombreux clandestins, parmi lesquels René Despouy.

Dans la nuit du 17 au 18 juin 1942, les policiers déclenchent un vaste “coup de filet” leur permettant de “cueillir” un grand nombre des personnes repérées.

Le 18 juin, à 6 h 30, on frappe à la porte du logement du 5, rue de l’Odéon : « Madame Pécheux ? télégramme ». Ce sont les brigades spéciales : Jean Pottier et Lucie sont arrêtés. La perquisition effectuée simultanément amène la découverte d’un tract de L’Avant-Garde du 25 mai 1942, d’un carnet agenda et de plusieurs feuillets de papier portant différentes adresses. Gisèle, alors âgée de dix-sept ans, est déjà à son travail : mécanicienne à la maison Pion, sise au 58, rue du Faubourg-Poissonnière, elle fait partie d’une équipe qui commence à six heures. Les policiers vont l’y chercher. René Despouy est arrêté à son nouveau domicile de la rue Oberkampf.

Tous sont emmenés dans les locaux des BS, puis conduits au dépôt de la préfecture de police (la Conciergerie, sous le Palais de Justice, île de la Cité). Lors de son interrogatoire, Lucie Pécheux réfute toute discussion politique et tout travail militant commun avec son compagnon ainsi qu’avec Despouy. De son côté, Jean Pottier admet seulement avoir eu une activité à la base, à la demande de Despouy, en diffusant du matériel de propagande, en apposant des papillons et traçant des inscriptions sur les murs. Mais il déclare n’avoir eu avec le couple Quedec-Mansuy que des relations amicales et non militantes.

© Archives de la préfecture de police.

© Archives de la préfecture de police.

Gisèle est relâchée une semaine plus tard. Elle retourne dans le petit logement et, comme les policiers n’ont pas découvert la soupente, elle en retire les livres et les brochures qu’elle brûle un à un dans le poêle.

Le 10 août 1942, Lucette Pécheux est transférée du Dépôt au camp allemand du Fort de Romainville, situé sur la commune des Lilas (Seine / Seine-Saint-Denis) – premier élément d’infrastructure du Frontstalag 122 -, en même temps que les hommes et les 21 autres femmes de la même affaire. Lucette est enregistrée sous le matricule n° 612. Ses compagnes la surnomment “Lucette” (il y a parmi elles une autre “Lulu” : Lucienne Thévenin). Les hommes sont enfermés dans les casemates du fort.

Le lendemain, les mêmes hommes, parmi lesquels Jean Pottier, René Despouy, Gustave Pitiot et Arthur Tintelin sont fusillés comme otages au Mont-Valérien en représailles d’actions armées du PCF clandestin contre l’armée d’occupation [en tout, quatorze maris ou fiancés de futures “31000”]. D’autres otages sont simultanément fusillés à Souge, près de Bordeaux : 116 en tout.

Au fort de Romainville, Lucie Pécheux confectionne pour sa sœur Marcelle une ceinture brodée avec la citation « Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent », extraite des Châtiments, de Victor Hugo.

Le 21 octobre 1942, le tribunal civil de Tours prononce le divorce de Lucie et Camille Pécheux.

Le 22 janvier 1943, Lucie Pécheux fait partie des cent premières femmes otages transférées en camions au camp de Royallieu à Compiègne (leurs fiches individuelles du Fort de Romainville indiquant « 22.1 Nach Compiègne uberstellt » : « transférée à Compiègne le 22.1 »). Le lendemain, un deuxième groupe de cent-vingt-deux détenues du Fort les y rejoint, auquel s’ajoutent huit prisonnières extraites d’autres lieux de détention (sept de la maison d’arrêt de Fresnes et une du dépôt de la préfecture de police de Paris). À ce jour, aucun témoignage de rescapée du premier transfert n’a été publié concernant les deux nuits et la journée passées à Royallieu, et le récit éponyme de Charlotte Delbo ne commence qu’au jour de la déportation… Mais Betty Jégouzo a confirmé ce départ en deux convois séparés, partis un jour après l’autre du Fort de Romainville.

Lucie Pécheux écrit alors un long message qui parviendra à sa fille Gisèle, peut-être confié à un émissaire avant sa sortie du camp. (ponctuation modifiée dans la transcription)
———–
Le 22. .43

Ma Gigi chérie,

J’ai été bien contente de ta lettre explicative. J’aime mieux savoir tout. Et, tu as raison : si j’avais été là, ça ne se serait pas passé comme ça. Ce qu’il aurait fallu faire, c’était mettre tout de suite le loyer à ton nom. Enfin, c’est fait, ma chérie. Tu as du cran. Pauvre Gigi, tu as eu de la peine. Cela me fait mal de penser que ces sales gens ont profité que tu étais toute seule pour te faire des misères.
Moi qui voulais tant garder les affaires de mon petit Jeannot en souvenir, j’ai du chagrin à chaque fois que j’en parle. C’est terrible, tu sais, de savoir qu’il est mort. Heureusement que les camarades me remontent le moral. Comme je t’ai dit, on est des centaines de femmes qui sont dans mon cas. On les vengera, je te le promets.
Merci à ton père pour son geste ; je vois qu’il ne te laisse pas tomber. Dis-lui qu’il me pardonne ce que je lui ai fait et (que) je ne lui en veux pas. Jean est mort en patriote, et il ne peut lui en vouloir.
Je te dis tout ça parce que, tu vois, nous sommes aujourd’hui à Compiègne. Mais demain nous partons, sûrement pour l’Allemagne.
Ne t’en fais pas ma chérie : nous espérons que la guerre va bientôt finir et que nous reviendrons bientôt.
Sois toujours (…/…) une petite femme sérieuse.
Sitôt que nous pourrons écrire, tu auras des nouvelles.
Fait part à tes grands-parents de la nouvelle, et à toute la famille.
Je pense à vous tous avant mon départ.
Je n’aurais jamais cru que nous serions déportées : faut vraiment que cela aille très mal. J’ai bon espoir que cela ne dure plus longtemps maintenant.
Je suis contente de t’avoir fait de petites choses.
Si tu voyais tous ces hommes qui sont partis, c’est incroyable, par milliers.
Et nous partons 216 femmes.
Allons, ma chérie, embrasse bien papa et maman, ainsi que mes sœurs et frères, belle-sœur et beau-frère, et cousins et cousines, et toutes les amies.
À toi, ma chérie, mes plus tendres baisers et surtout du courage. Je te confie à ton petit Jean.
Et si ton père veut venir te voir chez nous, je lui accorde l’autorisation.
Au revoir ma chérie, ma petit fille que j’aime le plus au monde.
Ta petite mère.
Lulu
———–

LucieLettre-r

© Collection Corinne Dromard.

© Collection Corinne Dromard.

Toutes passent la nuit du 23 janvier à Royallieu, probablement dans un bâtiment du secteur C du camp.

Le matin suivant, 24 janvier, les deux-cent-trente femmes sont conduites en camions à la gare de marchandises de Compiègne – sur la commune de Margny – et montent dans les quatre derniers wagons à bestiaux d’un convoi dans lequel plus de 1450 détenus hommes ont été entassés la veille. Comme les autres déportés, la plupart d’entre elles jettent sur les voies des messages à destination de leurs proches, rédigés la veille ou à la hâte, dans l’entassement du wagon et les secousses des boggies.

En gare de Halle (Allemagne), le train se divise et les wagons des hommes sont dirigés sur le KL Sachsenhausen [2], tandis que les femmes arrivent en gare d’Auschwitz le 26 janvier au soir. Le train y stationne toute la nuit. Le lendemain matin, après avoir été descendues et alignées sur un quai de débarquement de la gare de marchandises, elles sont conduites à pied au camp de femmes de Birkenau (B-Ia) où elles entrent en chantant La Marseillaise.

Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II) par lequel sont passés les “31000” (accès depuis la rampe de la gare de marchandises et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…). © Gilbert Lazaroo, février 2005.

Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II) par lequel sont passés les “31000”
(accès depuis la rampe de la gare de marchandises et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…).
© Gilbert Lazaroo, février 2005.

Lucie Pécheux y est enregistrée sous le matricule 31633.

Le numéro de chacune est immédiatement tatoué sur son avant-bras gauche.Pendant deux semaines, elles sont en quarantaine au Block n° 14, sans contact avec les autres détenues, donc provisoirement exemptées de travail dans les Kommandos, mais pas de corvée.

Le 3 février, la plupart des “31000” sont amenées à pied, par rang de cinq, à Auschwitz-I, le camp-souche où se trouve l’administration, pour y être photographiées selon les principes de l’anthropométrie policière allemande : vues de trois quarts avec un couvre-chef (foulard), de face et de profil.

Photographiée à Auschwitz-I, le 3 février 1943. Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, Oświęcim, Pologne. Collection Mémoire Vive. Droits réservés.

Photographiée à Auschwitz-I, le 3 février 1943.
Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, Oświęcim, Pologne. Collection Mémoire Vive. Droits réservés.

Le 12 février, les “31000” sont assignées au Block 26, entassées à mille détenues avec des Polonaises.

Les châlits du Block n° 26. La partie inférieure, au ras du sol, est aussi une “couchette” où doivent s’entasser huit détenues. Les plus jeunes montent à l’étage supérieur, où il est possible de s’assoir. Photo Mémoire Vive.

Les châlits du Block n° 26. La partie inférieure, au ras du sol,
est aussi une “couchette” où doivent s’entasser huit détenues.
Les plus jeunes montent à l’étage supérieur, où il est possible
de s’assoir. Photo Mémoire Vive.

Les “soupiraux” de leur bâtiment de briques donnent sur la cour du Block 25, le “mouroir” du camp des femmes où sont enfermées leurs compagnes prises à la “course” du 10 février (une sélection punitive). Les “31000” commencent à partir dans les Kommandos de travail.

Lucie Pécheux meurt au Revier [3] de Birkenau vers le 15 février 1943, selon le témoignage de rescapées (les documents établis par l’administration SS du camp et portant son nom ont tous été détruits au moment de l’évacuation des détenus en janvier 1945). “Lucette” a 37 ans.

Le 16 octobre 1945, la secrétaire générale de l’Amicale d’Auschwitz (FNDIRP) signe un certificat selon lequel Lucie Pécheux est décédée au camp d’Auschwitz ainsi que l’atteste des témoignages de Madame Pitiot et de Mademoiselle Doiret (prises également dans l’affaire Tintelin et ses suites, rescapées du convoi) ; sans qu’une date soit mentionnée.

Le 18 avril 1946, la direction du bureau national des recherches du ministère des Anciens combattants et victimes de guerre (ACVG) lui délivre un certificat selon lequel sa mère n’a pas été rapatriée « à ce jour ».

Le 23 juillet suivant, Christiane Charua et Madeleine Dechavassine (également prises dans l’affaire Tintelin et rescapées du convoi) complètent et signent chacune un formulaire à en-tête de l’Amicale d’Auschwitz selon lequel Lucie Pécheux est décédée au camp d’Auschwitz à la date de « mars 1943 ».

Le 3 septembre 1947, Hélène Lable (72 ans) complète et signe un formulaire de demande de régularisation de l’état civil d’un “non-rentré” et un formulaire d’inscription de la mention “Mort pour la France” sur l’acte de décès de sa fille ; à la rubrique “motif de l’arrestation”, elle complète « Otage par mesure de représailles ». La commission de contrôle de |’Indre-et-Loire du ministère des Anciens combattants et victimes de la guerre accorde la mention le 10 octobre 1947.

Le 1er juin 1948, Hélène Lable complète et signe un nouveau formulaire de demande de régularisation de l’état civil d’un “non-rentré” ; cette fois-ci, à la rubrique “motif de l’arrestation”, elle complète « hébergement d’un illégal ». Le formulaire est renvoyé pour elle au ministère par son fils Albert, qui habite rue des Cerisiers à Tours.

Le 25 août suivant, l’officier de l’état civil au ministère des ACVG dresse l’acte officiel de décès de Lucie Lable « sur la base des éléments d’informations figurant au dossier du de cujus » et en fixant la date en « mars 1943 ».

Le 21 novembre 1949, le secrétariat d’État aux Forces armées-Guerre établi un nouveau certificat d’appartenance à la Résistance intérieure française (RIF).

En 1950, sa tante Marcelle offre la ceinture brodée par sa mère à Maurice Thorez pour son cinquantième anniversaire.

Le 29 mai 1956, le service liquidateur du Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France établit une attestation selon laquelle Lucie Pécheux a été arrêtée par la police française « sur dénonciation pour avoir hébergé gratuitement les résistants clandestins René Despouy et Jean Pottier, qui furent fusillé sur ordre du commandant allemand du “Gross Paris” pour leur action contre l’occupant. Jean Pottier avait entre autres participé à la manifestation de la rue de Buci qui avait pour but de dresser la population contre l’occupant. Madame Pécheux a donc bien été arrêtée le 18.6.1942, puis internée et déportée pour avoir contribué à la dite action antiallemande en hébergeant l’un des participants armés, le FTPF Jean Pottier ».

Le 11 janvier 1957, le ministère des Anciens combattants et victimes de guerre délivre à Gisèle (ayant cause) la carte de déporté résistant établie au nom de sa mère (n° 2001 30.091).

Sur le mur des noms du Mémorial de l’internement et de la déportation, camp de Royallieu, à Compiègne. © Photo Corinne Dromard, 2019.

Sur le mur des noms du Mémorial de l’internement et de la déportation, camp de Royallieu, à Compiègne.
© Photo Corinne Dromard, 2019.

Notes :

[1] Adèle (Pehtl) Salomon, âgée de 33 ans, est déportée à Auschwitz-Birkenau le 25 septembre 1942 par le convoi n° 37 au départ de Drancy avec ses vieux parents (70 ans), tous trois domiciliés au 60, rue Saint-Sabin à Paris 11e. Selon la liste :
488 – Pauline SALOMON, née Schwartz en 1872 à Jassy (Roumanie), sans profession,
489 – Avram SALOMON, né en 1872 à Jassy, sans profession,
490 – Pehtl SALOMON, née en 1909 à Jassy, célibataire, couturière
(source : site du Mémorial de la Shoah).

[2] L’affaire de la rue de Buci : le 4 avril 1942, le Parti communiste clandestin assigne comme but à l’Organisation spéciale (OS) « d’organiser des manifestations contre le rationnement, d’envahir en masse les restaurants et épiceries de luxe et de partager les vivres ». Le 31 mai suivant (anniversaire de la Commune de Paris), un magasin d’alimentation Eco implanté à l’angle de la rue de Buci et de la rue de Seine (Paris 6e) est envahi par des militantes pour une distribution de boîtes de conserve aux ménagères qui font la queue. Une bagarre avec les employées s’ensuit et la police intervient ; deux gardiens de la paix municipaux sont abattus au revolver par les hommes d’un groupe de protection. La police arrête une vingtaine de personnes dont Madeleine Marzin, qualifiée de « meneuse » et quelques hommes ; l’événement est qualifié par les autorités d’« attentat terroriste ». (sources : Wikipedia ; Jean-Marc Berlière, Polices des temps noirs, France 1939-1945, Perrin 2018, pages 189, 873, 986, 1262 ; http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article120797, notice MARZIN Madeleine, Marie par Jacques Girault, Daniel Grason, Jean Maitron).

[3] KL : abréviation de Konzentrationslager (camp de concentration). Certains historiens utilisent l’abréviation “KZ”.

[4] Revier, selon Charlotte Delbo : « abréviation de Krakenrevier, quartier des malades dans une enceinte militaire. Nous ne traduisons pas ce mot que les Français prononçaient révir, car ce n’est ni hôpital, ni ambulance, ni infirmerie. C’est un lieu infect où les malades pourrissaient sur trois étages. ». In Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1967, p. 24.
Le terme officiel est pourtant “hôpital” ; en allemand Häftlingskrakenbau (HKB), hôpital des détenus ou Krakenbau (KB). Dans Si c’est un Homme, Primo Lévi utilise l’abréviation “KB”.

Sources :

- Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédition 1998), page 225.
- Archives départementales de la Nièvre, site du Conseil départemental, archives en ligne : registre d’état civil de Nevers NMD, année 1925 (4 E 194/174), acte n° 163 (vue n° 28/243).
- Archives de la préfecture de police (Seine / Paris), Service de la mémoire et des affaires culturelles, Le Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) : archives des Renseignements généraux de la préfecture de police (consultation sur écran), brigade spéciale anticommuniste, Affaire Tintelin Arthur Henri (GB 36, vues 290 à 301 / 563 à 564, et vue 574 pour Gisèle Pécheux).
- Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), ministère de la Défense, Caen : dossier de LABLE Lucie, Andrée (21P 471.130), recherches de Ginette Petiot (message 12-2018).
- Archives communales d’Ivry-sur-Seine, fonds Thorez-Vermeersch.
- Corinne Dromard-Abspoel, sa petite-fille (messages 11 et 12-2018).

MÉMOIRE VIVE

(dernière modification, le 16-08-2019)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).