JPEG - 46.5 ko
Musée de la Résistance 
de Blois. Cliché ARMREL.

Isidore, Louis, Petat naît le 18 novembre 1892 à Dun-le-Poëlier (Indre – 36), fils de Henri Petat, cultivateur, et de Marie Louise Depins, son épouse.

Considérant son âge, Isidore Petat devrait avoir été mobilisé au cours de la guerre 1914-1918 (à vérifier…).

À une date restant à préciser, il épouse Anne Senigon.

Au moment de son arrestation, il est domicilié à Pruniers-en-Sologne, à 6 km de Romorantin (Loir-et-Cher – 41) ; mais sur son acte de décès est mentionné le 185, faubourg de Blois à Romorantin (nouvelle adresse de sa veuve ?).

JPEG - 121.6 ko
Pruniers-en-Sologne. Le village et le pont sur la Sauldre. 
Carte postale envoyée en 1953. Coll. Mémoire Vive.

Isidore Petat est ouvrier mécanicien dans une « usine d’aviation » (à l’entrepôt de l’armée de l’Air 304 de Pruniers ? à vérifier…).

Le 30 avril 1942, à Romorantin, cinq résistants communistes sont découverts par des soldats allemandsalors qu’ils distribuent des tracts. Armés, ils ne se laissent pas arrêter et blessent les soldats dont l’un succombe à ses blessures. Les mesures de représailles prévoient l’exécution immédiate de dix communistes, Juifs et de proches des auteurs présumés. Vingt autres personnes doivent être exécutées si au bout de huit jours les « malfaiteurs » ne sont pas arrêtés. Des rafles sont opérées dans la ville et dans le département afin de pouvoir « transférer d’autres personnes vers l’Est, dans les camps de travaux forcés. »

Le lendemain 1er mai, Isidore Petat est arrêté par la Feldgendarmerie et la gendarmerie française ; il est pris comme otage avec cinq Romorantinais qui seront déportés avec lui. Il est interné au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise – 60), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager).

Le 11 juin, le préfet du Loir-et-Cher informe le maire Romorantin que « à la suite de ses pressantes interventions, les Autorités Allemandes viennent (de) lui donner l’assurance qu’elles envisageaient la libération de la presque totalité des personnes arrêtées dans le Loir-et-Cher au lendemain de l’agression de Romorantin. »

Entre fin avril et fin juin 1942, Isidore Petat est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

JPEG - 128.9 ko

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, Isidore Petat est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45974 (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée).

JPEG - 77.1 ko
Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz. 
Le portrait d’immatriculation de ce détenu a disparu.

Après l’enregistrement, les 1170 arrivants sont entassés dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit.

Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau où ils sont répartis dans les Blocks 19 et 20.

Le 10 juillet, après l’appel général et un bref interrogatoire, ils sont envoyés aux travail dans différentsKommandos.

Le 13 juillet – après cinq jours passés par l’ensemble des “45000” à Birkenau – Isidore Petat est dans la moitié des membres du convoi qui est ramenée au camp principal (Auschwitz-I) après l’appel du soir.

JPEG - 327.8 ko
Portail de l’entrée principale d’Auschwitz-I , le « camp souche ». 
« Arbeit macht frei » : « Le travail rend libre » 
Carte postale. Collection mémoire Vive.

Le 16 juillet, sa famille reçoit l’avis imprimé envoyé par l’administration militaire de Royallieu pour l’informer qu’il a été transféré dans un autre camp et qu’elle sera prévenue ultérieurement de sa nouvelle adresse.

Le 23 juillet, le “Kommandeur” (sic) Westphal, chef de la Sicheirheitspolizei d’Orléans, fait connaître au préfet du Loir-et-Cher, J.F. Bussières, que Moïse Bodin, D. Pesson, G. Crochet. I. Petat et A. Roguet ont été transférés le 6 juillet « en vue de leur emploi comme travailleurs dans un camp en Allemagne », transfert « ordonné par le bureau central de Paris sans qu’un accord ait pu ou ait dû avoir lieu avec lesbureaux de Province. De ce fait, les promesses (…) ont été faites dans l’ignorance de ces événements » en même temps qu’était « énoncée l’ordonnance relative à la libération de tous les détenus emprisonnés à la suite de l’attentat de Romorantin. »

Le 31 juillet, le préfet s’adresse au « chef du gouvernement, ministre secrétaire d’État à l’Intérieur » à Vichy, exprimant qu’il est « d’autant plus regrettable qu’une pareille confusion se soit produite que, pour un certain nombre de personnes envoyées en Allemagne, j’avais reçu l’avis de libération et que je l’avais communiqué à leur famille. Il me semble difficile d’admettre que des otages dont l’arrestation n’a été due qu’au hasard, soient victimes à nouveau par suite du manque de coordination existant entre deux services allemands. Une promesse a été faite. Une ordonnance de libération a été prise. La promesse doit être tenue et l’ordonnance exécutée. C’est pourquoi je vous demande d’intervenir (…) pour que les personnes (…) envoyées dans des camps de travail en Allemagne soient effectivement et définitivement libérées. »

À une date inconnue, Isidore Petat est admis au Block n°20 de l’ “hôpital”.

Il meurt à Auschwitz-I le 17 novembre 1942, d’après le registre de la morgue (n° 16) [1].

Le 6 février 1943, le maire de Romorantin s’adresse au délégué du ministre de l’Intérieur dans les territoires occupés, Jean-Pierre Ingrand, pour demander que soit recherché le camp d’Allemagne où « résident » les six Romorantinais déportés en juillet.

Le 20 décembre 1943, le préfet informe le maire de Romorantin de ses démarches « afin que les familles des otages déportés en Allemagne (…) puissent avoir des nouvelles de leurs parents » et de la réponse duSD d’Orléans : « les otages de Romorantin ont été conduits dans un camp Allemand où la correspondance entre détenus et leurs parents est interdite. » Le préfet assure « que cette affaire n’est pas perdue de vue et que, tant sur le plan local que national, toute occasion est mise à profit pour tenter de nouvelles démarches et essayer de mettre fin à cette pénible situation. »

Isidore Petat est déclaré “mort pour la France” (13-06-1946).

Son nom est inscrit sur les Monuments aux morts de Romorantin-Lantenay, situés quai de l’île Marin et dans le vieux cimetière.

La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (14-12-1997).

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 127 et 128, 364 et 416. 
- Mémorial de la déportation politique dans l’Indre, FNDIRP. 
- Mémorial de la Shoah, Paris, archives du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) : XLIII-89 (télégramme non daté du Militärbefehlshaber in Frankreich (MbF), signé par Carl Heinrich von Stülpnagel. 
- Archives communales de Romorantin (acte de décès, correspondance du maire et du préfet, listes…). 
- Archives départementales du Loir-et-Cher, fiche d’arrestation d’Isidore Petat, dossier 889 (cote 1375 W 64), fichier alphabétique des déportés du CRSGM (cote 56 J 5). 
- Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, Oświęcim, Pologne, Bureau d’information sur les anciens prisonniers (Biuro Informacji o Byłych Więźniach) ; Totenbucher (registre de la morgue). 
- Site Mémorial GenWeb, 41-Romorantin, relevés de Sandrine-Fleur Curtil (2002) et Éric Reimond (08-2006).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 3-04-2008)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous dispose (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.

[1] Différence de date de décès avec celle inscrite sur les actes d’état civil en France : Dans les années qui ont suivi la guerre, devant l’impossibilité d’obtenir des dates précises de décès des déportés, mais soucieux d’établir les documents administratifs nécessaires pour le versement des pensions aux familles, les services français d’état civil – dont un représentant officiait au ministère des Anciens combattants en se fondant sur diverses sources, parmi lesquelles le témoignage approximatif des rescapés – ont très souvent fixé des dates fictives : le 1er, le 15, le 30, le 31 du mois, voire le jour (et le lieu !) du départ.

Concernant Isidore Petat, c’est le 15 octobre 1942 qui a été retenu pour certifier son décès.

Leur inscription sur les registres d’état civil rendant ces dates officielles, certaines ont quelquefois été gravées sur les monuments aux morts.