Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz lors de l’évacuation du camp en janvier 1945. Le portrait d’immatriculation de ce détenu a disparu.

Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz
lors de l’évacuation du camp en janvier 1945.
Le portrait d’immatriculation de ce détenu a disparu.

Alfred, Louis, Marinelli naît le 6 janvier 1903 à Paris 19e (75), fils d’Augustin Marinelli et de Livia (Lydie) Casadei (Casedée).

Au moment de son arrestation, il est officiellement domicilié au 31, rue de Nantes à Paris 19e (entre le canal de l’Ourcq et l’avenue de Flandre), mais réside en fait depuis deux mois chez ses beaux-parents au 34, boulevard Ney (Paris 18e).

Il est marié et père d’un enfant.

Il est adhérent du Parti communiste de 1936 jusqu’à la dissolution de celui-ci (septembre 1939).

Alfred Marinelli est chaudronnier tôlier (dans quelle entreprise ? à vérifier…).

Après la déclaration de guerre, il est “affecté spécial” à l’usine d’aviation Capra (Compagnie anonyme de production et réalisation aéronautique), à La Courneuve (Seine / Seine-Saint-Denis), spécialisée dans la fabrication de coques d’avions et qui emploie 2300 personnes (est-ce son employeur avant-guerre ?). Le 8 mai 1940, il participe à un mouvement de grève contre le licenciement d’un vieil ouvrier. Environ 250 membres du personnel sont interpellés et 38 arrestations, opérées le jour même ou le lendemain, sont maintenues. Alfred Marinelli est rayé de l’affectation spéciale et interné administrativement à la ferme Saint-Benoît pendant plusieurs mois. Mais, ayant bénéficié d’une mesure de clémence, il est remis à la disposition de l’entreprise.

Début mars 1941, deux inspecteurs de la brigade spéciale des Renseignements généraux de la préfecture de police sont chargés par le commissaire André Cougoule « d’identifier et d’appréhender tous individus se livrant à la propagande communiste clandestine s’effectuant […] plus particulièrement dans le 19e arrondissement ».

Le soir du 4 ou du 5 mars 1941, à 21 heures, ces deux policiers viennent interpeller Alfred Marinelli au domicile de ses beaux-parents. Celui-ci cherche vainement à dissimuler la brochure Nous accusons qu’il avait sur lui. Après avoir, dans un premier temps, nié toute activité clandestine et déclaré ne s’intéresser qu’aux questions syndicales, il finit par reconnaître qu’il détient à son domicile de la rue de Nantes un certain nombre de documents se rapportant à la propagande communiste. Les inspecteurs l’escortent à cette adresse où il leur remet seize tracts, dix listes de souscription à La Vie Ouvrière, deux carnets à souches de souscription, une brochure Le Bulletin du Métallo, une brochure La Vie du Parti et un brouillon de lettre. Les inspecteurs le conduisent ensuite dans leurs locaux des R.G. pour un interrogatoire avec procès verbal. Fouillé, Alfred Marinellil est encore trouvé porteur d’un exemplaire de La Vie Ouvrière n° 19 du 11 janvier 1940 et d’une lettre dactylographiée traitant des tâches d’organisation clandestine. Le lendemain, inculpé d’infraction au décret du 26 septembre 1939, il est d’abord conduit au dépôt, à la disposition du Procureur de la République, puis écroué à la Maison d’arrêt de la Santé, à Paris 14e (écrou n° 15048). Le surlendemain, 7 mars, la 12e chambre du Tribunal correctionnel de la Seine le condamne à dix mois d’emprisonnement.

Le 29 avril, la 10e chambre de la Cour d’appel de Paris confirme le premier jugement. Le 12 mai, Alfred Marinelli est transféré à la Maison d’arrêt de Fresnes (Seine / Val-de-Marne). Il dépose un pourvoi en cassation, rejeté le 23 août.

À l’expiration de sa peine, il n’est pas libéré : le 21 octobre, le préfet de police de Paris signe l’arrêté ordonnant son internement administratif en application du décret du 18 novembre 1939, organisant, en situation d’état de siège, « les mesures à prendre à l’égard des individus dangereux pour la défense nationale ou pour la sécurité publique ». Alfred Marinelli est ramené au dépôt en attendant son transfert dans un camp français.
Le 10 novembre, Alfred Marinelli fait partie d’un groupe de 58 militants communistes transférés au « centre de séjour surveillé » (CSS) de Rouillé, au sud-ouest de Poitiers (Vienne).

Le 22 mai 1942, il fait partie d’un groupe de 156 internés – dont 125 seront déportés avec lui – remis aux autorités d’occupation à la demande de celles-ci et conduits au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager).

Entre fin avril et fin juin 1942, Alfred Marinelli est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

transportaquarelle

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, Alfred Marinelli est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45835 (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée).

Après l’enregistrement, les 1170 arrivants sont entassés dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit.

Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau où ils sont répartis dans les Blocks 19 et 20.

Le 10 juillet, après l’appel général et un bref interrogatoire, ils sont envoyés au travail dans différents Kommandos.

Le 13 juillet – après cinq jours passés par l’ensemble des “45000” à Birkenau – Alfred Marinelli est dans la moitié des membres du convoi qui est ramenée au camp principal (Auschwitz-I) après l’appel du soir.

À une date restant à préciser, il est admis au Block 20 (celui des « contagieux ») de l’hôpital.

Alfred Marinelli meurt à Auschwitz-I le 12 décembre 1942, d’après deux registres établis pour l’administration SS du camp.

La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 9-12-1994).

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 127 et 128, 374 et 412.
- Cl. Cardon-Hamet, notice pour l’exposition de Mémoire Vive sur les “45000” et “31000” de Paris (2002), citant : Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), ministère de la Défense, Caen (liste partielle du convoi établie par le Musée d’Auschwitz – fichier central).
- Archives Départementales du Val-de-Marne, Maison d’arrêt de Fresnes, dossiers individuels des détenus “libérés” du 16 au 30 octobre 1941, cote 511w24 : (mandat de dépôt/ordre d’écrou ; extrait des minutes du greffe de la Cour d’appel).
- Archives de la préfecture de police (Seine / Paris), APPo, site du Pré-Saint-Gervais ; cartons “occupation allemande”, camps d’internement… (BA 2374) ; dossiers individuels du cabinet du préfet (1w0333), dossier d’Alfred Marinelli (19314) ; dossiers de la BS1, « affaire Marinelli ».
- Mémorial de la Shoah, Paris, archives du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) ; liste XLI-42, n° 122.
- Archives départementales de la Vienne ; camp de Rouillé.

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 30-03-2016)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.

[1] Différence de date de décès avec celle inscrite sur les actes d’état civil en France : Dans les années qui ont suivi la guerre, devant l’impossibilité d’obtenir des dates précises de décès des déportés, mais soucieux d’établir les documents administratifs nécessaires pour le versement des pensions aux familles, les services français d’état civil – dont un représentant officiait au ministère des Anciens combattants en se fondant sur diverses sources, parmi lesquelles le témoignage approximatif des rescapés – ont très souvent fixé des dates fictives : le 1er, le 15, le 30, le 31 du mois, voire le jour (et le lieu !) du départ.

Concernant Alfred Marinelli, c’est l’année 1943 « à Birkenau » qui a été retenu pour certifier son décès.

Leur inscription sur les registres d’état civil rendant ces dates officielles, certaines ont quelquefois été gravées sur les monuments aux morts.