JPEG - 72.9 ko
Auschwitz, le 8 juillet 1942. 
Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 
Oswiecim, Pologne. 
Collection Mémoire Vive. Droits réservés.

Valentin, Joseph, Garreau naît le 6 (ou le 23) novembre 1915 à Paris 20e (75), fils de Paul Garreau et Hélène Marchat.

Pendant un temps, il habite au 10, rue des Pyramides à Paris 1er (à moins que ce soit l’adresse d’un membre de sa famille après son arrestation). Au moment de son arrestation, il est domicilié chez sa sœur au 17 ou au 28, rue de Vincennes à Bagnolet [1] (Seine-Saint-Denis – 93).

Valentin Garreau est soudeur ou manœuvre (dans quelle entreprise ?).

Le 1er mai 1941, il est arrêté à Bagnolet pour « détention de cinq tracts communistes ». Le 4 mai, il est inculpé d’infraction au décret du 26-9-1939 (dissolution et interdiction des organisations communistes) et écroué à la Maison d’arrêt de la Santé (Paris 14e).

Le 9 mai, Valentin Garreau comparaît – seul – devant la 12e chambre du Tribunal correctionnel de la Seine qui le condamne à six mois d’emprisonnement. Il fait appel auprès du procureur de la République. Le 24 mai, il est transféré à la Maison d’arrêt de Fresnes [<1>] (Val-de-Marne – 94).

Le 8 juillet, la 10e chambre de la Cour d’appel de Paris confirme la condamnation. Il est probablement relaxé à l’expiration de sa peine, le 19 septembre.

Le 28 avril 1942, Valentin Garreau est arrêté à son domicile, comme otage, lors d’une grande vague d’arrestations (397 personnes) organisée par « les autorités d’occupation » dans le département de la Seine et visant majoritairement des militants du Parti communiste clandestin. Les hommes arrêtés sont rapidement conduits au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise – 60), administré et gardé par laWehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager).

Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

JPEG - 145.8 ko
Les deux wagons à bestiaux 
du Mémorial de Margny-les-Compiègne, 
installés sur une voie de la gare de marchandise 
d’où sont partis les convois de déportation. Cliché M.V.

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, Valentin Garreau est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45572 (sa photo d’immatriculation a été retrouvée).

On ignore la date exacte de sa mort à Auschwitz ; certainement avant la mi-mars 1943.

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 370 et 405. 
- Cl. Cardon-Hamet, notice pour l’exposition de Mémoire Vive sur les “45000” et “31000” de Paris (2002), citant : Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), ministère de la Défense, Caen (fichier national des déplacés de la Seconde guerre mondiale). 
- Jean-Pierre Gast, Bagnolet 1939-1940, éd. Folies d’encre, août 2004, liste « À travers les mailles du filet… » (?) page 305. 
- Archives de Paris, archives du tribunal correctionnel de la Seine, rôle du greffe du 28 mars au 5 juin 1941, cote D1u6-5855. 
- Archives Départementales du Val-de-Marne, Maison d’arrêt de Fresnes, dossier des détenus “libérés” du 1er au 30-09-1941, cote 511w22. 
- Archives de la préfecture de police de Paris, cartons “occupation allemande” : BA ? (…).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 13-07-2012)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.

[1] Bagnolet et Fresnes : jusqu’à la loi du 10 juillet 1964, ces communes font partie du département de la Seine, qui inclut Paris et de nombreuses villes de la “petite couronne”, dont la “ceinture rouge” des municipalités dirigées par des maires communistes (transfert administratif effectif en janvier 1968).