Auschwitz-I, le 8 juillet 1942. Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, Oświęcim, Pologne. Coll. Mémoire Vive. Droits réservés.

Auschwitz-I, le 8 juillet 1942.
Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau,
Oświęcim, Pologne.
Coll. Mémoire Vive. Droits réservés.

Raymond, Maximilien, Gouveno naît le 31 décembre 1909 à Reims (Marne), fils de Maximilien Gouveno, 24 ans, employé de chemin de fer, et de Raymonde Meurice, 22 ans, papetière, domiciliés au 68, rue du Barbâtre (tous deux seront décédés au moment de son arrestation).À sa naissance, Raymond a une sœur aînée, Jeanne Maximilienne, né le 19 mai 1906, puis une sœur cadette, Renée Julia Angèle, née le 19 janvier 1911, toutes deux à Reims.En 1926, Maximilien et Raymonde Gouveno habitent seuls au 12 rue Chaudron à Paris 10e : leurs enfants – Raymond a 16 ans – ne sont pas recensés avec eux (?). Néanmoins, lors de son conseil de révision, le jeune homme partage leur adresse au 13 rue de Flandre (Paris 19e).Raymond Gouveno commence à travailler comme chaudronnier, métier de son père.

Devant effectuer son service militaire en 1929, il est classé dans la 7e partie de la liste de conscrits du 19e arrondissement, puis est exempté par le conseil de révision pour « brûlure de la bouche » ; il est possible qu’il ait porté un fil électrique sous tension à sa bouche lorsqu’il était très jeune enfant (“accident domestique”)…

Une rétractation de la commissure des lèvres très spécifique… (recadrage du portrait d’Auschwitz). D.R.

Une rétractation de la commissure des lèvres très spécifique…
(recadrage du portrait d’Auschwitz). D.R.

Le 8 juin 1929, à Saint-Fargeau (Seine-et-Marne), sa sœur cadette Renée se marie avec Santo Dal Bosco. Le 21 décembre suivant, également à Saint-Fargeau, sa sœur aînée Jeanne se marie avec René Roussel, tous deux étant ouvriers d’usine chez Leroy.

À la mi-novembre 1930, Raymond Gouveno se déclare domicilié chez Monsieur Langrand (?) à Saint-Fargeau (Seine-et-Marne).

Au recensement de 1931, il habite à Saint-Fargeau chez sa sœur Renée Dal Bosco et son mari, maçon aux Carrières de France, qui ont deux très jeunes enfants (un an et deux ans) et hébergent également Jeanne Langrand, « grand-mère (?) », veuve, née en 1863 à Reims. Raymond Gouveno est alors fumiste chez Bonne à Melun.

Le 28 septembre 1935 à la mairie de Saint-Fargeau, Raymond Gouveno se marie avec Simone Pélardy ou Pellardi (?). Mais le couple divorcera.

Début 1936, Raymond Gouveno est imprimeur à la Manufacture de papiers peints Isidore Leroy et compagnie, implantée en bord de Seine à Ponthierry, commune de Saint-Fargeau.

Ponthierry. Les usines de papiers peints Leroy, état d’après-guerre. Carte postale, collection Mémoire Vive.

Ponthierry. Les usines de papiers peints Leroy, état d’après-guerre.
Carte postale, collection Mémoire Vive.

En avril de cette année, il est « chef de ménage » au n° 134 de la la cité Leroy [1] à Ponthierry, hébergeant Jeanne Langrand, « grand-mère (?) », et une « sœur (?) », Micheline Perraud, née en 1917 à Paris, ouvrière d’usine chez Leroy.

De 1937 à 1939, il est membre de la cellule de Ponthierry du Parti communiste.

Le 28 janvier 1939, à la demande de la direction générale de la Sûreté nationale au ministère de l’Intérieur, et après avoir consulté ses sous-préfets, le préfet de Seine-et-Marne transmet à celle-ci un long rapport sur « l’organisation et l’activité de chacun des partis extrémistes » de son département dans lequel sont répertoriées les cellules du parti communiste. Pour le secteur de Ponthierry-Saint-Fargeau, il indique que le siège de la cellule est au Café des Cités à Ponthierry et désigne Raymond Gouveno – alors ouvrier d’usine – comme « responsable » aux côtés du secrétaire, Raymond Quinard.

Le 18 janvier 1940, dans la période de mobilisation générale, il est maintenu exempté de service militaire pour sa (blessure) de la bouche « sans gêne fonctionnelle marquée ».

En dernier lieu, Raymond Gouveno est désigné comme maçon, domicilié au Café des Cités (a-t-il été exclu de son emploi et de son logement ?). Au cours de l’occupation, l’usine est réquisitionnée par l’armée allemande pour la fabrication de moteurs d’avions (à préciser…).

Le dimanche 19 octobre 1941, Raymond Gouveno est appréhendé lors d’une vague d’arrestations décidée par l’occupant contre des communistes de Seine-et-Marne, pris comme otages en représailles de distributions de tracts et de destructions de récolte – meules, hangars – ayant eu lieu dans le département. Son nom figure en 12e position sur une liste de trente communistes arrêtés établie par le groupe de Feldgendarmerie n° 680.

Raymond Gouveno est rapidement interné au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager), parmi 86 Seine-et-Marnais arrêtés en octobre (46 d’entre eux seront des “45000”). Il y est enregistré sous le matricule n° 1706.

La caserne de Royallieu après-guerre. Les huit premiers bâtiments alignés à gauche sont ceux du quartier “A”, désigné pendant un temps comme le “camp des communistes”. À l’arrière plan à gauche, sur l’autre rive de l’Oise, l’usine de Venette qui fut la cible de plusieurs bombardements avec “dégâts collatéraux” sur le camp. Carte postale. Collection Mémoire Vive.

La caserne de Royallieu après-guerre. Les huit premiers bâtiments alignés à gauche sont ceux du quartier “A”,
désigné pendant un temps comme le “camp des communistes”.
À l’arrière plan à gauche, sur l’autre rive de l’Oise, l’usine de Venette qui fut la cible de plusieurs bombardements avec “dégâts collatéraux” sur le camp.
Carte postale. Collection Mémoire Vive.

Le 28 novembre, la Feldkommandantur 680 de Melun adresse au chef du district militaire “A” à Saint-Germain-[en-Laye] une liste de 79 otages communistes seine-et-marnais pouvant être proposés pour une exécution de représailles, parmi lesquels Raymond Gouveno.

Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne, sur la commune de Margny, et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

TransportAquarelle

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, Raymond Gouveno est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45624 (sa photo d’immatriculation a été retrouvée).

Portail de l’entrée principale d’Auschwitz-I , le “camp souche” : « Arbeit macht frei » (le travail rend libre).  Carte postale. Collection mémoire Vive. Photo : Stanislas Mucha.

Portail de l’entrée principale d’Auschwitz-I , le “camp souche” : « Arbeit macht frei » (le travail rend libre).
Carte postale. Collection mémoire Vive. Photo : Stanislas Mucha.

On ignore la date de sa mort à Auschwitz ; probablement avant la mi-mars 1943.

Le nom de Raymond Gouveno est inscrit sur le Monument aux morts de Saint-Fargeau-Ponthierry, situé sur la place du général-Leclerc, face à l’église de Ponthierry.

Lors de sa séance du 18 avril 1946, le Conseil municipal de Saint-Fargeau-Ponthierry – sur communication d’un de ses membres, par ailleurs secrétaire du syndicat de la Sablière dont l’assemblée générale a décidé en ce sens – donne le nom de Raymond Gouveno à l’allée du Centre.

Notes :

[1] La cité Leroy date de la construction de l’usine de papiers peints Leroy, dont l’ancienne centrale électrique a été inscrite Monument historique par arrêtés du 22 avril 1986 et du 13 novembre 2006.

 

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 380 et 406.
- Ville de Reims, Archives municipales, site internet, archives en ligne : registre des naissances de l’année 1910, acte n° 2, (vue 2/711).
- Archives de Paris : registre matricule du recrutement militaire, année 1929, 1er bureau de la Seine, matricule n° 4700 (D4R1 2867).
- Archives départementales de Seine-et-Marne, Dammarie-les-Lys : cabinet du préfet, arrestations collectives octobre 1941 (M11409) ; notes (SC51241).
- Mémorial de la Shoah, Paris, site internet, Archives du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) : liste d’otages, document allemand, cote XLIV-60.
- Site Mémorial GenWeb, 77-Saint-Fargeau-Ponthierry, relevé de Christian Prunier (11-2003).
- Messages de Patrick Boron, du Service Patrimoines et Histoires locales de la Ville de Saint-Fargeau-Ponthierry (05-2022).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 23-05-2022

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous dispose (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.