JPEG - 77.2 ko
IDENTIFICATION INCERTAINE
Auschwitz-I, le 8 juillet 1942.
Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau,
Oświęcim, Pologne.
Coll. Mémoire Vive. Droits réservés.

Raymond Chevallier naît le 18 août 1894 au hameau de la Pérelle à Hébécourt (Eure), fils d’Auguste Chevallier, 40 ans, « propriétaire » (sic), et de Marie Claire Danger, son épouse, 34 ans.

Raymond a un frère aîné, Auguste, âgé de 18 ans en 1901. Cette année-là, le père de famille héberge sa propre mère Ernestine Rainville, 72 ans. Dans le même hameau habite sa sœur, Claire Chevallier, 21 ans, mariée à Arthur Roussel, 28 ans, meunier.

Le 11 juillet 1911, sa mère, Marie Chevallier, décède prématurément au domicile familial, âgée de 50 ans. Son décès est déclaré à la mairie d’Hébécourt par son gendre, Arthur Roussel, meunier habitant alors à Saint-Denis-le-Ferment, commune limitrophe au sud ; son mari, Auguste Chevallier, a alors 57 ans.

Pendant un temps, Raymond Chevallier travaille également comme meunier à Saint-Denis-le-Ferment (sur les rives de la Levrière ?), probablement avec son oncle. C’est un jeune homme plutôt grand pour l’époque : 1 m 79.

Le 1er septembre 1914, il est incorporé comme soldat de 2e classe au 11e régiment de cuirassiers, mais est transféré au 74e régiment d’infanterie dès le 8 octobre. Le 24 novembre, il passe au 119e RI (3e bataillon). Au sein de la 43 DI, son régiment rejoint le front dans la région d’Arras le 10 mai 1915 à la suite de offensive d’Artois commencée la veille. Dans la nuit du 19 au 20 juin le régiment entre en ligne sous les obus dans le secteur d’Aix-Noulette (Pas-de-Calais). Dans la soirée du 25 juin, après qu’une averse orageuse ait transformé le sol en bourbier et rendu fusils et mitrailleuses presque inutilisables, le régiment est lancé dans une attaque vers les tranchées adverses pendant trois jours de vaines offensives.
Secteur d’Aix-Noulette : après l’action, une tranchée de première ligne bouleversées. Carte postale, collection Mémoire Vive.

Secteur d’Aix-Noulette :
après l’action, une tranchée de première ligne bouleversées.
Carte postale, collection Mémoire Vive.

Le 26 juin, Raymond Chevallier est blessé au poumon par un éclat d’obus. Sa blessure lui vaut d’être cité à l’ordre du régiment le 30 juillet suivant et de recevoir la Croix de guerre.
Le 15 mars 1916, il passe au 233e R.I. Le 28 septembre suivant, il est évacué pour maladie.
Le 6 octobre 1917, à Hébécourt, Raymond Chevallier – toujours soldat – épouse Marguerite Tournant, couturière, née le 18 mai 1896 à Hébécourt.
Le 20 mars 1918, il rentre au dépôt. Le 15 avril, il passe au 8e régiment de cuirassiers. Le 25 juin, la commission de réforme de Tours le déclare inapte à pied mais apte à cheval pour reliquat de blessure de poitrine avec diminution de l’extension diaphragmatique… Il passe ensuite dans différents régiments d’artillerie. Le 4 septembre 1919, il est envoyé en congé de démobilisation, titulaire d’un certificat de bonne conduite et se retire à Conflans-Sainte-Honorine (Seine-et-Oise / Yvelines). Le 21 novembre, la commission de réforme de Versailles constate une cicatrice de 25 centimètres au bord sommital de l’omoplate droite suite à une résection costale. Plus tard, la 4e commission de réforme de la Seine lui octroiera une pension d’invalidité de 10 % pour pleurite traumatique peu prononcée à la base de l’hémithorax droit.
Fin 1921, il habite au 45, rue Dunois à Paris 13e.
En septembre 1922, il revient à Hébécourt, où son fils René naît en 1923.En octobre 1925, il est commerçant.À partir de juillet 1927 et jusqu’au moment de son arrestation, Raymond Chevallier est hôtelier-restaurateur au 92, rue de Neuilly (devenue rue de Verdun), au coin de la rue Volta, à Puteaux [1] (Seine / Hauts-de-Seine – 92). L’établissement possède quinze chambres, et la salle de restaurant peut accueillir quatre-vingt couverts. D’abord simple gérant du fonds de commerce, Raymond Chevallier en devient propriétaire en juillet 1930.

Au Gros Normand, la clientèle de midi est composée d’ouvriers venant des usines d’alentour : Morane et Saulnier, Unic, etc. Dans les années 1930, en période de grève, le restaurant accueille des militants politiques ou syndicaux qui y tiennent réunion, y entreposant tracts en journaux.

Raymond Chevallier est président du Syndicat des commerçants de Puteaux. Il est également adhérent de la cellule communiste de la ville.

Le 3 janvier 1929, la 10e chambre du tribunal correctionnel de la Seine le condamne à 100 francs d’amende pour infraction à l’article n° 15453 du code pénal.

Après la dissolution du Parti communiste, le 26 septembre 1939, le commissaire de police de la circonscription de Puteaux procède à plusieurs perquisitions dans son restaurant, mais sans y trouver le moindre tract.

Ce qui ne l’empêche pourtant pas, le 29 août 1939 – au tout début de l’occupation -, de signaler Raymond Chevallier à sa hiérarchie comme suspect, en tant qu’ex-militant du Parti communiste et membre actif de l’Amicale accordéoniste de L’Humanité.

À l’automne, au cours des repas, certains ouvriers de l’usine aéronautique Morane et Saulnier, toute proche, au 3-5 rue Volta, se réunissent au fond de la salle afin d’y discuter politique. La police les soupçonne de vouloir reconstituer clandestinement une cellule du PCF.

Le 9 décembre 1939, le commissaire de police envoie un rapport au cabinet du préfet de police. Ce jour là, « une certaine animation s’est produite parmi les ouvriers de l’usine Morane qui prennent leur repas au café Chevallier […], voisin de l’usine. Les ouvriers, au nombre de 35 en moyenne, s’y rendent chaque jour entre 11 h 45 et 13 h 15. Ce matin, un ouvrier de l’usine, le nommé Potier, mobilisé aux armées et actuellement en permission de détente de dix jours, s’était présenté à l’usine pour travailler. Mais la direction, le connaissant comme un communiste notoire, avait refusé de l’embaucher. Il a attendu, dans la rue, ses camarades à la sortie de l’atelier. Les ouvriers, au cours de leur repas, ont commenté la décision des directeurs de l’usine. Toutefois, ils n’ont pas tenu de réunion publique. Monsieur Barthélémy, maire de Puteaux, n’a d’ailleurs été avisé de ces faits qu’à 17 heures. J’ai effectué ce jour une descente au café Chevallier : ni dans la salle du débit, ni dans les dépendances, ni dans le logement du propriétaire, je n’ai découvert aucun tract émanant du parti communiste. J’ajoute que la question de la propagande communiste retient sans cesse mon attention et celle de mes services. De nombreuses perquisitions ont été opérées. J’ai effectué une rafle dans divers débits fréquentés par les communistes de ma circonscription le 7 courant de 17 heures 30 à 19 heures 30. Une seconde rafle a été effectuée ce jour de 21 heures 30 à 24 heures. »

Le 11 décembre, Georges Barthélémy, maire SFIO de Puteaux depuis 1930 [2] envoie un “pneumatique” depuis la Chambre des députés au Gouverneur militaire de Paris : « Ayant appris par M. Chappaz, directeur de la Maison Morane, qui m’a fait faire la communication par sa secrétaire, que plusieurs communistes travaillant dans son usine s’étaient réunis le 9 décembre à midi chez M. Chevallier pour essayer de créer de l’agitation […] J’en ai immédiatement fait part à M. Le préfet de police, d’abord en téléphonant [au] directeur en l’absence du préfet, et en confirmant à celui-ci ma communication téléphonique par pneumatique. […] La clandestinité de la réunion qui s’est tenue chez lui est avérée et M. Chappaz peut en témoigner. J’ai donc demandé à M. le préfet de police de profiter de cette occasion pour faire fermer le café de ce communiste, et je lui ai signalé que j’avais vu ce matin à ce sujet M. Le commissaire de Puteaux qui m’a répondu qu’on ne pouvait rien faire parce qu’il n’avait été trouvé aucun document chez Chevallier. Il est certain en effet que les communistes prennent leurs précautions et s’arrangent pour qu’on ne trouve rien chez eux lorsqu’on perquisitionne. Mais les opinions de Chevallier et de ceux qui se sont réunis chez lui étant bien connues, il me paraît indispensable qu’on porte sans perte de temps le fer rouge dans ce genre d’organisation et qu’on profite de la moindre occasion et de la moindre preuve pour la disloquer d’une façon définitive dès maintenant. »

Le 15 décembre 1939, le commissaire de Puteaux adresse un rapport au préfet de police afin d’en obtenir la fermeture provisoire. Celle-ci est effective le 18 décembre. Le 30 janvier 1940, un inspecteur des RG rédige un nouveau rapport.

À la demande du commissaire de Puteaux !

Le 26 juin 1941, Raymond Chevallier est arrêté, puis finalement interné au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager).

La caserne de Royallieu après-guerre. Les huit premiers bâtiments alignés à gauche sont ceux du quartier “A”, désigné pendant un temps comme le “camp des communistes”. À l’arrière plan à gauche, sur l’autre rive de l’Oise, l’usine de Venette qui fut la cible de plusieurs bombardements avec “dégâts collatéraux” sur le camp. Carte postale. Collection Mémoire Vive.

La caserne de Royallieu après-guerre. Les huit premiers bâtiments alignés à gauche sont ceux du quartier “A”,
désigné pendant un temps comme le “camp des communistes”.
À l’arrière plan à gauche, sur l’autre rive de l’Oise, l’usine de Venette qui fut la cible de plusieurs bombardements avec “dégâts collatéraux” sur le camp.
Carte postale. Collection Mémoire Vive.

Pendant un temps, son épouse et son fils, 18 ans, continuent à gérer l’établissement, qui a réouvert.

Le 7 janvier 1942, Raymond Chevallier est l’objet d’un nouveau rapport parce que la police a appris qu’il possédait un appareil duplicateur (un rouleau polycopiste gélatineux) lui servant à confectionner les cartes de ses menus. Son épouse ne l’utilise plus et le tient à la disposition des autorités. À la fin du mois, le commissaire David des Renseignements généraux vient se saisir du dispositif de reproduction qui consiste en une simple toile gélatineuse.

Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne, sur la commune de Margny, et entassés dans des wagons de marchandises.

Les deux wagons à bestiaux du Mémorial de Margny-les-Compiègne, installés sur une voie de la gare de marchandises d’où sont partis les convois de déportation. © Cliché M.V.

Les deux wagons à bestiaux du Mémorial de Margny-les-Compiègne,
installés sur une voie de la gare de marchandises
d’où sont partis les convois de déportation. © Cliché M.V.

Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30. Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, Raymond Chevallier est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I), peut-être sous le numéro 45368, selon les listes reconstituées (la photo d’immatriculation correspondant à ce matricule a été retrouvée, mais n’a pu être identifiée à ce jour).

Après les premières procédures (tonte, désinfection, attribution d’un uniforme rayé et photographie anthropométrique), les 1170 arrivants sont entassés pour la plupart dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit.

© Mémoire Vive 2017.

© Mémoire Vive 2017.

Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau ; alors choisi pour mettre en œuvre la « solution finale » – le génocide des Juifs européens -, ce site en construction présente un contexte plus meurtrier pour tous les concentrationnaires. À leur arrivée, les “45000” sont répartis dans les Blocks 19 et 20 du secteur B-Ib, le premier créé.

Le 10 juillet, après l’appel général, ils subissent un bref interrogatoire d’identité qui parachève leur enregistrement et au cours duquel ils déclarent une profession (celle qu’ils exerçaient en dernier lieu ou une autre, supposée être plus “protectrice” dans le contexte du camp). Puis ils sont envoyés au travail dans différents Kommandos. L’ensemble des “45000” passent ainsi cinq jours à Birkenau.

Le 13 juillet, après l’appel du soir, une moitié des déportés du convoi est ramenée au camp principal (Auschwitz-I), auprès duquel fonctionnent des ateliers où sont affectés des ouvriers ayant des qualifications utiles au camp. Aucun document ni témoignage ne permet actuellement de préciser dans lequel des deux sous-camps du complexe concentrationnaire a alors été affecté Raymond Chevallier.

Il meurt à Auschwitz – peut-être à Birkenau – le 21 août 1942, selon l’acte de décès établi par l’administration SS du camp (Sterbebücher) [2]. La cause mensongère indiquée pour sa mort est « cardiopathie » (Herzwassersucht).

(aucun “45000” de Puteaux n’a survécu)

Avant avril 1954, sa veuve effectue une démarche administrative auprès du ministère des anciens combattants et victimes de guerre.

La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 20-11-1987).

Notes :

[1] Puteaux : jusqu’à la loi du 10 juillet 1964, cette commune fait partie du département de la Seine, qui inclut Paris et de nombreuses villes de la “petite couronne”, dont la “ceinture rouge” des municipalités dirigées par des maires communistes (transfert administratif effectif en janvier 1968).

[2] Georges Barthélémy : Né en 1897. Rapporteur du projet de loi de déchéance des députés communistes après le pacte germano-soviétique, puis de la résolution relative à son application, il déclare au cours de la séance du 20 février 1940 : « Tous sont plus ou moins coupables, mais il y a des chefs comme Thorez, Catelas et tant d’autres qui devraient être traduits immédiatement devant les tribunaux militaires pour ensuite, non pas subir le feu du peloton d’exécution, ce serait leur faire trop d’honneur, mais être poussés sous le couperet ». Le 10 juillet 1940, il vote en faveur de la remise des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain et s’engage pleinement dans la voie de la collaboration, restant maire de Puteaux sous l’occupation. Le 10 juillet 1944, il est mitraillé par deux hommes devant la mairie de Puteaux. L’attentat, non revendiqué, est imputé à des résistants communistes. Mortellement blessé, il est transporté à l’hôpital Marmottan, où il décède. (Source Wikipedia)

[3] Concernant la différence de date de décès avec celle inscrite sur les actes d’état civil : Dans les années qui ont suivi la guerre, devant l’impossibilité d’obtenir des dates précises de décès des déportés, mais soucieux d’établir les documents administratifs nécessaires pour le versement des pensions aux familles, les services français d’état civil – dont un représentant officiait au ministère des Anciens combattants en se fondant sur diverses sources, parmi lesquelles le témoignage approximatif des rescapés – ont très souvent fixé des dates fictives : le 1er, le 15, le 30, le 31 du mois, voire le jour (et le lieu !) du départ. Concernant Raymond Chevallier, c’est le 15 septembre 1942 « à Birkenau en Pologne » qui a été initialement retenue pour certifier son décès. La rectification ultérieure de date est complétée par « à Auschwitz République Fédérale d’Allemagne » (sic). Leur inscription sur les registres d’état civil rendant ces dates officielles, certaines ont quelquefois été gravées sur les monuments aux morts.

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 127 et 128, 383 et 399.
- Archives départementales de l’Eure, site internet : registre d’état civil d’Hébécourt, année 1894, acte n° 27 (vue 523/699).
- Archives de la préfecture de police (Seine / Paris), Service de la mémoire et des affaires culturelles, Le Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) : dossier individuel des Renseignements généraux (77 W 1627-72172).
- Musée de la Résistance nationale (MRN) Champigny-sur-Marne (94) : carton “Association nationale des familles de fusillés et massacrés”, fichier des victimes (4533).
- Division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC), ministère de la Défense, direction des patrimoines de la mémoire et des archives (DPMA), Caen : copies de pages du Sterbebücher provenant du Musée d’Auschwitz et transmises au ministères des ACVG par le Service international de recherches à Arolsen à partir du 14 février 1967, carton de A à F (26 p 840).
- Death Books from Auschwitz, Remnants, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, K.G.Saur, 1995 ; relevé des registres (incomplets) d’actes de décès du camp d’Auschwitz dans lesquels a été inscrite, du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, la mort de 68 864 détenus pour la plupart immatriculés dans le camp (sans indication du numéro attribué), tome 2, page 166 (23659/1942).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 22-04-2020)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.