JPEG - 68.4 ko
Lucette, Suzanne HERBASSIER – 31781

Lucette, Suzanne Herbassier, née Magui vient au monde le 6 décembre 1914, à Tours où elle vit et se marie. Elle y tient une épicerie-buvette, rue de la Paix.

Arrestation pour fait de Résistance au Front national  [1]

Elle a été arrêtée le 4 août 1942, chez elle.

Elle est dénoncée par des voisins qui ont vu des gens aller et venir avec des valises. De fait, ces valises contenaient des journaux clandestins et des tracts du Front national.

Son mari et son fils, qui avait neuf ans, ont été aussi arrêtés aussi. L’enfant a été mis à la rue le lendemain et le mari relâché au bout de huit jours.

Lucette Herbassier a été emprisonnée à Tours jusqu’au 7 novembre 1942, de là transférée au Fort de Romainville, Haftlager 122 ; matricule 1171.

Auschwitz

JPEG - 142.9 ko
Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II)
par lequel sont passés les “31000”
(accès depuis la rampe de la gare de marchandises
et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…).
© Gilbert Lazaroo, février 2005.

Lucette Herbassier est morte au revier le 8 mai 1943 selon le registre des décès du camp (à la fin du mois de mars 1943 selon l’estimation des rescapées).

Sa famille a appris sa mort par Hélène Fournier, au retour.

Sources :

- Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédition 1998), pages 144-145, page 24.
- Death Books from Auschwitz, Remnants, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 ; relevé des registres (incomplets) d’actes de décès du camp d’Auschwitz dans lesquels a été inscrit, du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, la mort de 68 864 détenus immatriculés dans le camp (sans indication du numéro attribué) ; tome 2, page 440 (19544/1943).

[1] Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France : mouvement de Résistance constitué en mai 1941 à l’initiative du PCF clandestin (sans aucun lien avec l’organisation politique créée en 1972, dite “FN” et toujours existante).