JPEG - 78.9 ko
Auschwitz-I, le 8 juillet 1942.
Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau,
Oświęcim, Pologne.
Collection Mémoire Vive. Droits réservés.

Jean, Pierre, Reich naît le 1er mai 1911 à Arcueil [1] (Seine / Val-de-Marne), chez ses parents, Jean-Pierre Reich, 42 ans, vernisseur, et Madeleine Oswald, 33 ans, papetière, domiciliés au 34, avenue Carnot.

En 1931, il habite chez ses parents au 41 rue Madame Curie à Bagneux et travaille comme chaudronnier.

Le 15 avril 1932, il est incorporé au 26e régiment d’infanterie, arrivant au corps une semaine plus tard. Le 10 avril 1933, il est renvoyé dans ses foyers titulaire d’un certificat de bonne conduite.

Le 18 janvier 1936, à Paris 14e, Jean Reich se marie avec à Annette Marle, née le 19 juillet 1919 à Paris 5e ; ils n’ont pas d’enfant.

En novembre 1936, il est domicilié au 11, rue Victor-Carmignac à Arcueil. Au moment de son arrestation, il habite au 25, rue du Midi, toujours à Arcueil.

À une date restant à préciser, Jean Reich entre comme régleur (AM) aux établissements Renault de Boulogne-Billancourt.Il adhère au Parti communiste en 1936, appartenant à la cellule de son entreprise. Il est très actif lors du mouvement de grève de novembre 1938, ce qui entraîne son licenciement.
Après avoir effectué une période d’activité militaire comme réserviste au 26e R.I. du 15 juillet au 4 août 1939, il est rappelé sous les drapeaux à la suite de l’ordre de mobilisation générale de la fin août 1939, puis affecté spécial au titre des établissements Bamarec, fabriquant des composants pour l’automobile et l’armement à Fougères (Ille-et-Vilaine) ; il loge provisoirement chez l’habitant au 76, rue Piatené [?].Après avoir été démobilisé le 8 novembre 1940, il trouve un emploi de cimentier-terrassier à la maison Bentz ou Dantz, size au 56, boulevard de Picpus (Paris 12e).Le 10 octobre 1941, les services de la première section des renseignements généraux de la préfecture de police ouvrent une information concernant un individu signalé et décrit mais non identifié, soupçonné d’activité communiste clandestine. Le 20 octobre suivant, vers 18 h 20, des inspecteurs repèrent cet individu sortant du lycée Charlemagne, 101 rue Saint-Antoine (Paris 4e) et commencent à le filer. Après consultation du registre de l’hôtel François 1er de la rue d’Ormesson (Paris 4e) où ils l’ont vu rentrer pour la nuit, ils l’identifient comme étant Pierre Neve, 30 ans, répétiteur (professeur-adjoint) au lycée [2]. Dès le lendemain et les jours suivants, les filatures s’enchaînent, notamment à partir de sa sortie à heure régulière du lycée, amenant le repérage de tous ses contacts, les inspecteurs passant de l’un à l‘autre jusqu’à repérer leurs domiciles. Les policiers comptabiliseront vingt-et-une rencontres de Pierre Neve entre le 20 octobre et le 4 novembre. Le 29 octobre, à 19 heures, à une sortie du métro sur la place de la Nation, les policiers assistent à un rendez-vous entre Neve et André Saunier, ajusteur outilleur de 36 ans. Quand les deux hommes se séparent, ils suivent ce dernier qui se rend au café-tabac situé à l’angle du boulevard Diderot et de la rue de la Rapée, où il retrouve Charles Roth, ébéniste de 36 ans, avec lequel il consomme et « cause » au comptoir. Vers 20 h 10, les deux hommes sortent de l’établissement en même temps qu’un troisième, lequel part aussitôt dans une autre direction. Celui-ci sera identifié ultérieurement par le numéro de la plaque d’immatriculation de sa bicyclette (37081 RJI), relevé par un inspecteur : il s’agit de Jean Reich, demeurent à Arcueil. D’autres surveillances et filatures se poursuivent en cascade jusqu’au 6 novembre, en impliquant d’autres personnes…Le 8 novembre, la direction de la 1ère section des RG lance une opération d’ensemble (“coup de filet”) aboutissant à l’arrestation par des inspecteurs de 34 personnes amenées dans les locaux des RG, à disposition du commissaire de police pour leur interrogatoire.

Ce jour-là, la perquisition opérée simultanément au domicile de Jean Reich par deux inspecteurs n’amène la découverte d’aucun « document suspect ».

André Saunier est le premier interrogé sur sa présence dans le café-tabac : « …en même temps que vous retrouviez Roth, vous avez également pris une consommation avec un cycliste qui a été identifié comme étant le nommé Reich, 68, Grande Rue à Montrouge. Expliquez-vous. » Saunier répond : « Je n’avais pas personnellement rendez-vous avec Reich. Je ne le connais aucunement. J’ai consommé à ses côtés car il accompagnait mon ami Roth. »

Interrogé à son tour sur sa présence dans le café-tabac, Charles Roth déclare : « Il est possible que j’ai vu mon camarade Saunier à cet endroit […] De toutes façons, je n’ai pas vu d’autre personne avec lui. » Les policiers le questionnent davantage : « Des déclarations du nommé Saunier dont nous vous donnons lecture il résulte [qu’alors] qu’il vous a retrouvé au café-tabac […] vous étiez accompagné d’un individu identifié comme étant le nommé Reich… » Roth répond : « Je ne nie pas […] avoir adressé ce jour-là et dans le débit à une personne en compagnie de laquelle Saunier m’a trouvé. Je ne connais nullement cette personne et ignorer à plus forte raison qu’il s’agit d’un nommé Reich. »

Interrogé le lendemain, Jean Reich déclare n’avoir aucune activité politique. Concernant la circonstance au cours de laquelle il a été repéré, il explique : « Il est exact que je suis sorti de ce débit à l’heure et au jour que vous indiquez. Je vous fait remarquer, d’ailleurs, que je me rends à ce café tous les soirs et toujours à l’heure indiquée. En effet, le train qui me ramène de mon travail arrive à la gare de Lyon à 19 h 30. Je suis toujours accompagné d’un camarade de travail, le nommé Robert S. Je vous affirme que je ne connais nullement les nommés Saulnier et Roth. Si je suis sorti ce jour-là avec eux du débit de boisson indiqué, ce qui est possible, c’est une simple coïncidence et je suis certain de ne pas leur avoir adressé la parole. D’ailleurs, dans ce café, je ne me souviens pas avoir été accompagné par d’autres personnes que par mon camarade S. Je ne puis rien vous dire de plus. » Jean Reich est conduit au dépôt de la préfecture (Conciergerie, sous-sol du Palais de Justice, île de la Cité).

Le 12 novembre, concluant l’information conduite par son service, le commissaire explique que le groupe du parti communiste clandestin du secteur Est de Paris qui a été démantelé était dirigé par un “triangle” composé de Pierre Neve, responsable de la propagande, Charles Roth, responsable politique, et André Saunier, responsable aux cadres (?). À moins que la troisième tête du triangle soit Marcel Daveau, mécanicien-ajusteur de 34 ans, responsable aux masses (?). Dans ce rapport de conclusion, le commissaire explicite sa décision concernant Jean Reich : « Attendu que son activité passée le représente comme un militant actif du parti communiste légal, qu‘il a notamment été l’un des fauteurs de grève de la grève politique du 30 novembre 1938, attendu que s’il reconnaît la matérialité du rendez-vous avec Saunier, il l’attribue uniquement au hasard, que ce système de défense ne pourrait que confirmer son appartenance à l’organisation illégale, disons qu’il est inculpé d’infraction au décret du 26-09-1939 ».

Jean Reich est écroué à la Maison d’arrêt de la Santé (Paris 14e). Le 20 mars 1942, il fait l’objet d’un ordre de mise en liberté provisoire par l’institution judiciaire, probablement parce que les charges portées contre lui sont insuffisantes. Mais, considéré comme un « propagandiste notoire des doctrines moscoutaires, susceptible de prendre la fuite », il est interné administrativement dès le lendemain par arrêté du préfet de police selon une procédure d’urgence (circulaire PN IV n° 142 du 11-02-1942 du ministère de l’intérieur) et en application du décret du 18 novembre 1939. Il est alors ramené au Dépôt.

Le 16 avril, Jean Reich est transféré au “centre de séjour surveillé” (CSS) de Voves (Eure-et-Loir) avec plusieurs dizaines de détenus, dont une quarantaine qui seront plus tard déportés avec lui. Il est enregistré sous le matricule n° 76.

Entrée du camp de Voves. Date inconnue, probablement après mars 1943. Musée de la Résistance nationale (MRN). Champigny-sur-Marne.

Entrée du camp de Voves. Date inconnue, probablement après mars 1943.
Musée de la Résistance nationale (MRN). Champigny-sur-Marne.

Le 10 mai, il fait partie des 81 détenus remis aux autorités d’occupation à la demande de celles-ci et transférés au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager).  ; Jean Reich y est enregistré sous le matricule n° 5755. Le 16 juin, l’administration militaire du camp établit un certificat de présence à son nom, probablement envoyé à son épouse.

La caserne de Royallieu après-guerre. Les huit premiers bâtiments alignés à gauche sont ceux du quartier “A”, désigné pendant un temps comme le “camp des communistes”. À l’arrière plan à gauche, sur l’autre rive de l’Oise, l’usine de Venette qui fut la cible de plusieurs bombardements avec “dégâts collatéraux” sur le camp. Carte postale. Collection Mémoire Vive.

La caserne de Royallieu après-guerre. Les huit premiers bâtiments alignés à gauche sont ceux du quartier “A”,
désigné pendant un temps comme le “camp des communistes”.
À l’arrière plan à gauche, sur l’autre rive de l’Oise, l’usine de Venette qui fut la cible de plusieurs bombardements avec “dégâts collatéraux” sur le camp.
Carte postale. Collection Mémoire Vive.

Entre fin avril et fin juin 1942, Jean Reich est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne – sur la commune de Margny – et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

transportaquarelle

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet, Jean Reich est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 46041 (sa photo d’immatriculation a été retrouvée).

Après les premières procédures (tonte, désinfection, attribution d’un uniforme rayé et photo), les 1170 arrivants sont entassés pour la plupart dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit.

Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau ; alors choisi pour mettre en œuvre la « solution finale » (le génocide des Juifs européens), ce site en construction présente un contexte plus meurtrier pour tous les concentrationnaires. À leur arrivée, les “45000” sont répartis dans les Blocks 19 et 20.
Le 10 juillet, après l’appel général, ils subissent un bref interrogatoire d’identité qui parachève leur enregistrement et au cours duquel ils déclarent une profession (celle qu’ils exerçaient en dernier lieu ou une autre, supposée être plus “protectrice” dans le contexte du camp). Puis ils sont envoyés au travail dans différents Kommandos.
Le 13 juillet, après l’appel du soir – l’ensemble des “45000” ayant passé cinq jours à Birkenau –  Jean Reich est dans la moitié des membres du convoi est ramenée au camp principal (Auschwitz-I), auprès duquel fonctionnent des ateliers utilisant certains ouvriers qualifiés.
Portail de l’entrée principale d’Auschwitz-I , le « camp souche ».  « Arbeit macht frei » : « Le travail rend libre »  Carte postale. Collection mémoire Vive. Photo : Stanislas Mucha.

Portail de l’entrée principale d’Auschwitz-I , le « camp souche ». « Arbeit macht frei » : « Le travail rend libre »
Carte postale. Collection mémoire Vive. Photo : Stanislas Mucha.

Pendant un temps, il est assigné au Block 4.

Malade, il est admis au Revier. Louis Eudier, du Havre, partage la même couchette que lui. Affamé, Jean Reich énonce des menus extraordinaires. Pesant 40 kilos pour une taille d’1,85 m, il est sélectionné pour la chambre à gaz [3] par un major SS. L’infirmier vient lui inscrire son numéro matricule sur la poitrine avec un crayon indélébile [4]. Très lucide, Jean Reich dit au compagnon qui partage sa dernière nuit : « Je suis comme toi : j’ai joué la vie et j’ai perdu. »« Mon camarade, je te souhaite d’être sur la ligne d’arrivée de la Libération, pour expliquer toutes les tortures qu’ils nous ont faites. »

Jean-Pierre Reich meurt à Auschwitz le 14 février 1943, selon plusieurs registres du camp.

Le 29 décembre 1942, son épouse avait écrit au Fronstalag 122 de Compiègne. Le 7 janvier 1943, l’administration militaire du camp lui répondait que son mari avait été transporté vers un camp de travail, mais que l’adresse de celui-ci ne pouvait lui être communiqué sur ordre de la police de sûreté du Reich (Gestapo).

Le 16 septembre 1945, sa sœur, alors épouse Igel domiciliée à Olivet (Loiret), écrit au ministère des anciens combattants et victimes de guerre pour demander des renseignements sur son frère, arrêté « comme communiste », « déporté politique », présumé en Haute-Silésie, sans nouvelle de lui depuis le 26 juin 1942 : « J’avais jusqu’à présent l’espoir de le voir revenir parmi nous parmi tous ces pauvres rescapés. Mais, hélas, les rapatriements s’achèvent maintenant. C’est pourquoi je m’adresse à vous si vous pouvez me fournir quelques détails sur l’exil de mon pauvre frère. » Le 7 octobre, dans un nouveau courrier, elle transmet un court signalement et une photographie (absente du dossier).

Le 23 mars 1946, Annette Reich – encore considérée comme épouse – remplit une fiche de renseignements du ministère des ACVG. Deux jours plus tard, deux voisins de la rue du Midi à Arcueil complètent un formulaire par lequel ils se portent garant que Jean Reich a été arrêté comme communiste par la police française le 9 novembre 1941. Le 24 avril, le ministère des ACVG certifie que Jean Reich « n’a pas été rapatrié à ce jour ». Et, le 11 septembre suivant, le ministère « décide » sa disparition (acte de disparition ne pouvant être transcrit sur les registres d’état-civil). Le 7 juillet 1947, Annette Reich écrit au ministère pour solliciter la délivrance d’un acte de décès. Le 13 août suivant, le chef du bureau de l’état civil-déportés lui répond que ses services « ne sont habilités à dresser les actes de décès des déportés que dans les seuls cas où ils ont des preuves du décès ou de très fortes présomptions de preuves. Or, aucun élément nouveau n’est venu modifier l’état du dossier… ». Il lui indique cependant qu’elle peut adresser une requête au procureur de la République en vue de faire déclarer judiciairement le décès de son mari, du seul fait de la disparition et du non-retour au 1er juillet 1946 (loi du 30 avril 1946). Début 1948, la démarche est engagée. Le 11 juin suivant, le Tribunal de la Seine déclare « constant » le décès de Jean Reich, en fixant pour date celle du dernier courrier qu’il a adressé à ses proches (le 26 juin 1942) [5].

En août 1951, sa veuve est déclarée remariée avec Jean Schmitz.

À Arcueil, le nom de Jean Reich est inscrit sur la stèle des déportés parmi celles dressées en « hommage aux victimes de la seconde guerre mondiale (1939-1945) », place de la République, derrière le Centre Marius Sidobre (ancienne mairie).

Photographies Mémoire Vive.

Photographies Mémoire Vive.

REICH Jean est le quatrième nom en partant du bas de la stèle à gauche.

REICH Jean est le quatrième nom en partant du bas de la stèle à gauche.

La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 8-03-1997).

Notes :

[1] Arcueil : jusqu’à la loi du 10 juillet 1964, cette commune fait partie du département de la Seine, qui inclut Paris et de nombreuses villes de la “petite couronne”, dont la “ceinture rouge” des municipalités dirigées par des maires communistes (transfert administratif effectif en janvier 1968).

[2] Pierre Nève (ou Néve), né le 23 mai 1911 à Denain (Nord), professeur adjoint au lycée Charlemagne, remis aux autorités allemandes le 30 novembre 1941, fusillé comme otage le 13 avril 1942 au Mont-Valérien (source : Jean-Pierre Besse, Odette Hardy-Hémery, Le Maitron en ligne).

[3] Les chambres à gaz du centre de mise à mort situé à Birkenau fonctionnent principalement pour l’extermination des Juifs dans le cadre de la “Solution finale”, mais, jusqu’en mai 1943, elles servent également à éliminer des détenus, juifs ou non, considérés comme “inaptes au travail”. Les détenus d’Auschwitz-I sélectionnés montent dans des camions qui les conduisent à Birkenau. Quelquefois, ils attendent la mort au Block 7 de ce camp.

[4] La scène se passe avant que le tatouage systématique, ordonné le 22 février 1943 par la Kommandantur du camp, ait pu être appliqué à tous les détenus (Allemands et Autrichiens non-juifs en sont exemptés).

[5] L’officialisation de sa date de décès a été corrigée une première fois : J. O. n° 57 du 8 mars 1997, page 3684 : « … 01/07/1942 en Allemagne, et non le 26/06/1942 à Compiègne (Oise) ». Dans les années qui ont suivi la guerre – devant l’impossibilité d’obtenir des dates précises de décès des déportés, mais soucieux d’établir les documents administratifs nécessaires pour le versement des pensions aux familles – les services français d’état civil, par l’intermédiaire du Ministère des Anciens Combattants, ont très souvent fixé des dates fictives. La parution au J.O. rendant ces dates officielles, certaines ont même quelquefois été gravées sur les monuments aux morts.

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, Éditions Autrement, collection Mémoires, 2005, pages 136, 387 et 418.
- Louis Eudier (45523), “Notre combat de classe et de patriotes, 1934-1945”, imprimerie Duboc, Le Havre, sans date (1977 ?), pages 36 et 37.
- Comité du souvenir du camp de Voves, liste établie à partir des archives départementales d’Eure-et-Loir.
- Archives municipales d’Arcueil, recherches de Cécile Lizée.
- Archives de la préfecture de police (Seine /Paris), site du Pré-Saint-Gervais : cartons “Occupation allemande” ; cabinet du préfet, dossier individuel (1 W 617-23148) ; dossier individuel des RG (77 W 124-109598) ; dossiers de la 1ère brigade spéciale, “Affaire Neve, Roth et autres” (GB 56).
- Death Books from Auschwitz, Remnants, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, K.G.Saur, 1995 ; relevé des registres (incomplets) d’actes de décès du camp d’Auschwitz dans lesquels a été inscrite, du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, la mort de 68 864 détenus pour la plupart immatriculés dans le camp (sans indication du numéro attribué), tome 3, page 992 (7673/1943).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 31-01-2018)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de laFédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP) qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.