Une couturière à Paris

Hélène Hascoet est née le 10 novembre 1910 à Concarneau dans le Finistère.

Après avoir appris le métier de couturière auprès de sa mère, elle part s’installer à Paris où elle ouvre un atelier de couture boulevard Raspail. Elle a une clientèle élégante.

Une juste

En 1942, des juifs parmi ses amis doivent se cacher. Hélène leur donne asile, notamment Dora. [1]

Ce secours a-t-il été la cause de son arrestation ? A-t-elle fait des démarches pour libérer ses amis ? Son action est probablement à la source de son arrestation mais les raisons de son arrestation restent inconnues à ce jour.

Son arrestation

Hélène est arrêtée une première fois dans le courant d’octobre 1942 afin d’être interrogée. Elle est relâchée dans la soirée.

Huit jours plus tard, deux agents de la Gestapo l’arrêtent à nouveau le matin. Son frère leur ouvre la porte, croyant que ce sont des ouvrières arrivant pour travailler à l’atelier.

Hélène est emmenée rue des Saussaies. Elle y est maintenue au secret pendant une semaine.

Hélène arrive au fort de Romainville le 22 octobre 1942.

Auschwitz

Hélène meurt au Revier de Birkenau le 9 mars 1943.

Charlotte Delbo rapporte qu’elle est victime de dysenterie et de métrite, de plus une stubova [2] la roue de coups.

D’après Marie-Jeanne Bauer, un docteur SS lui a fait une piqûre euthanasique.

Ses parents ont appris sa mort au retour des rescapées du convoi.

Sources

« Le convoi du 24 janvier » de Charlotte Delbo, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédition 1998), pages 140-141.