Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz avant l’évacuation du camp en janvier 1945. Réalisé le 3 février 1943, le portrait d’immatriculation de cette détenue a disparu.

Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz avant
l’évacuation du camp en janvier 1945. Réalisé le 3 février 1943,
le portrait d’immatriculation de cette détenue a disparu.

Hélène Hascoët naît le 10 novembre 1910 à Concarneau (Finistère), dans une famille de trois enfants, d’un père menuisier et d’une mère couturière.
Après avoir appris le métier avec sa mère, elle vient s’installer à Paris où elle crée un atelier de couture, boulevard Raspail (6e, 7e ou 14e arrondissement ?). Elle a une clientèle élégante.
Selon la mémoire familiale, elle est employée par une famille juive.Son père meurt en 1940.Selon Charlotte Delbo, en 1942, des juifs parmi ses amis doivent se cacher. Elle leur donne asile [1]. Selon la mémoire familiale, ce sont ses employeurs ou ses commanditaires (ou des clients). Ses proches lui disent alors : « Tu vas t’attirer des ennuis ! » À quoi elle répond : « Je suis française. Je ne m’occupe pas de ça ! »

Est-elle dénoncée ou se jette-elle elle-même dans le danger en essayant de faire libérer un ami juif – peut-être un jeune homme dont elle serait amoureuse – pour qui elle a tenté des démarches avenue Foch ? On ne sait. Arrêtée une première fois dans le courant d’octobre 1942 pour un interrogatoire, elle est relâchée dans la soirée. Huit jours plus tard, le matin à neuf heures, coup de sonnette. « Croyant que c’était les ouvrières qui arrivaient au travail, j’ai ouvert », rapportera son frère. En fait, ce sont deux agents de la Gestapo, qui emmènent Hélène rue des Saussaies, un des sièges parisiens de cette police politique. Pendant une semaine, les siens ne savent pas où elle est.

Le 22 octobre 1942, elle est conduite au camp allemand du Fort de Romainville, situé sur la commune des Lilas (Seine / Seine-Saint-Denis), premier élément d’infrastructure du Frontstalag 122. Internée le même jour que Constance Rappeneau, prise dans une affaire de résistance armée, Hélène Hascoët y est enregistrée sous le matricule n° 1066.

L’unique entrée du Fort de Romainville (Haftlager 122), surplombée par un mirador. © Musée de la résistance nationale (MRN), Champigny-sur-Marne (94).

L’unique entrée du Fort de Romainville (Haftlager 122),
surplombée par un mirador.
© Musée de la résistance nationale (MRN),
Champigny-sur-Marne (94).

Le 22 janvier 1943, cent premières femmes otages sont transférées en camions au camp de Royallieu à Compiègne (leurs fiches individuelles du Fort de Romainville indiquent « 22.1 Nach Compiègne uberstellt » : « transférée à Compiègne le 22.1»).

Le lendemain, Hélène Hascoët fait partie du deuxième groupe de cent-vingt-deux détenues du Fort qui les y rejoint, auquel s’ajoutent huit prisonnières extraites d’autres lieux de détention (sept de la maison d’arrêt de Fresnes (Seine / Val-de-Marne) et une du dépôt de la préfecture de police). Dans un courrier adressé au sous-préfet de Compiègne, le commissaire de police de la ville indique : « …dans le courant de l’après-midi, trois camions allemands ont amené au camp de Royallieu une centaine de femmes dont on ignore la provenance. Selon des indications recueillies auprès de personnes habitant aux abords du camp, ces femmes auraient entonné La Marseillaise et L’Internationale ». Toutes passent la nuit du 23 janvier à Royallieu, probablement dans un bâtiment du secteur C du camp.

Le matin suivant, 24 janvier, les deux-cent-trente femmes sont conduites en camions à la gare de marchandises de Compiègne – sur la commune de Margny – et montent dans les quatre derniers wagons (à bestiaux) d’un convoi dans lequel plus de 1450 détenus hommes ont été entassés la veille. Comme les autres déportés, la plupart d’entre elles jettent sur les voies des messages à destination de leurs proches, rédigés la veille ou à la hâte, dans l’entassement du wagon et les secousses des boggies (ces mots ne sont pas toujours parvenus à leur destinataire).

transportaquarelle

En gare de Halle (Allemagne), le train se divise et les wagons des hommes sont dirigés sur le KL [2] Sachsenhausen, tandis que les femmes arrivent en gare d’Auschwitz le 26 janvier au soir. Leur convoi y stationne toute la nuit. Le lendemain matin, après avoir été descendues et alignées sur un quai de débarquement de la gare de marchandises, elles sont conduites à pied au camp de femmes de Birkenau (B-Ia) où elles entrent en chantant La Marseillaise.

Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II) par lequel sont passés les “31000” (accès depuis la rampe de la gare de marchandises et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…). © Gilbert Lazaroo, février 2005.

Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II) par lequel sont passés les “31000”
(accès depuis la rampe de la gare de marchandises et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…).
© Gilbert Lazaroo, février 2005.

Il n’existe pas de certitude absolu concernant le numéro matricule sous lequel Hélène Hascoët y est enregistrée (probablement le n° 31755, selon une correspondance établie avec le registre des internés du Fort de Romainville). Le numéro de chacune est immédiatement tatoué sur son avant-bras gauche.

Pendant deux semaines, elles sont en quarantaine au Block n° 14, sans contact avec les autres détenues, donc provisoirement exemptées de travail dans les Kommandos, mais pas de corvée.

Le 3 février, la plupart des “31000” sont amenées à pied, par rangs de cinq, à Auschwitz-I, le camp-souche où se trouve l’administration, pour y être photographiées selon les principes de l’anthropométrie policière allemande : vues de trois-quart, de face et de profil (la photo d’immatriculation d’Hélène Hascoët n’a pas été retrouvée).

Le 12 février, les “31000” sont assignées au Block 26, entassées à mille détenues avec des Polonaises. Les “soupiraux” de leur bâtiment de briques donnent sur la cour du Block 25, le “mouroir” du camp des femmes où sont enfermées leurs compagnes prises à la “course” du 10 février (une sélection punitive). Les “31000” commencent à partir dans les Kommandos de travail.

Les châlits du Block n° 26. La partie inférieure, au ras du sol, est aussi une “couchette” où doivent s’entasser huit détenues. Les plus jeunes montent à l’étage supérieur, où il est possible de s’assoir. Photo Mémoire Vive.

Les châlits du Block n° 26. La partie inférieure, au ras du sol,
est aussi une “couchette” où doivent s’entasser huit détenues.
Les plus jeunes montent à l’étage supérieur, où il est possible
de s’assoir. Photo Mémoire Vive.

Bientôt, et comme beaucoup de ses compagnes, Hélène Hascoët contracte la dysenterie. Elle a des plaies infectées toutes noires à l’intérieur des cuisses, une crise de métrite avec des pertes abondantes, et il n’y a pas une goutte d’eau dans le camp pour se nettoyer. Une stubova [3] l’insulte en la traitant de syphilitique, et la bat très violemment. Elle est admise au Revier [4] de Birkenau.

C’est là qu’elle meurt le 22 avril 1943, selon l’acte de décès établi par l’administration SS du camp. Une rescapée a indiqué la date du 9 mars, peut-être celle de son entrée, c’est-à-dire de sa disparition aux yeux de ses compagnes. D’après Marie-Jeanne Bauer, un docteur SS lui a fait une piqûre mortelle par injection intraveineuse au bras. Hélène Hascoët avait 33 ans.

Ses parents n’apprennent sa mort qu’au retour des rescapées.

Après la guerre, sa mère est couturière pour Yvonne de Gaulle, épouse du général.

À une date restant à préciser, le conseil municipal de Concarneau donne le nom d’Hélène Hascoët à une rue de la ville.

Son nom est également inscrit sur la tombe familiale dans le cimetière communal.

 

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 1-08-2017)

 

Sources :

- Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédition 1998), page 140.
- Christine Churie-Le Goal (message 07-2017).
- Archives départementales de l’Oise (AD60), Beauvais ; répression des menées antinationales, gaullistes et terroristes (33W 8253/1).
- Marion Queny, Un cas d’exception : (…) le convoi du 24 janvier, mémoire de maîtrise d’Histoire, Université Lille 3-Charles de Gaulle, juin 2004, notamment une liste réalisée à partir du registre de Romainville (copie transmise par Thomas Fontaine), pp. 197-204, et p. 114.
- Thomas Fontaine, Les oubliés de Romainville, un camp allemand en France (1940-1944), avec le concours du Conseil général de Seine-Saint-Denis, éditions Tallandier, 2005, pages 34-35,

 

[1] Dora, une jeune juive qu’hébergeait Hélène Hascoët, a été déportée à Auschwitz par un convoi qui est arrivé le 16 février 1943. Elle y est morte très vite.

[2] KL  : abréviation de  Konzentrationslager (camp de concentration). Certains historiens utilisent l’abréviation “KZ”.

[3] Sabir germano polonais. Les Blocks était divisé en quatre sections, en allemand : Stube. La stubova : chef de Stube.

[4] Revier, selon Charlotte Delbo : « abréviation de Krakenrevier, quartier des malades dans une enceinte militaire. Nous ne traduisons pas ce mot que les Français prononçaient révir, car ce n’est ni hôpital, ni ambulance, ni infirmerie. C’est un lieu infect où les malades pourrissaient sur trois étages. ». In Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1967, p. 24. Le terme officiel est pourtant “hôpital” ; en allemand Häftlingskrakenbau (HKB), hôpital des détenus ou Krakenbau (KB). Dans Si c’est un Homme, Primo Lévi utilise l’abréviation “KB”.