François Trolet naît le 21 juin 1903 à Mazingarbe, près de Lens (Pas-de-Calais – 62), fils de Désiré Trolet et de Sidonie Caboche, son épouse (tous deux seront décédés au moment de son arrestation).

De la classe 1923, François Trolet effectue son service militaire au 34e régiment d’Aviation au Bourget (Seine / Seine-Saint-Denis).

JPEG - 127.4 ko
Collection Boris Trolet. Droits réservés.

En 1927, à Marquise ou à Rexent (62), il se marie avec Jeanne Clabaut. Ils auront deux enfants : Daniel, né le 18 février 1928, et Denise, née le 6 juin 1933.

Au moment de l’arrestation du chef de famille, celle-ci est domiciliée au 23, rue Henri-Paul à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne – 77), dans la cité Aubépine de logements ouvriers, construite au sud de l’usine Schneider entre 1920 et 1921.

JPEG - 113.6 ko
Champagne-sur-Seine, cité Aubépine, rue Henri-Paul. 
En terre battue à la création de la cité en 1921, les voies d’accès 
ne furent goudronnées que vers 1958, par la municipalité. 
Carte postale non datée. Coll. Mémoire Vive.

François Trolet est électricien à l’usine de la société Le Matériel Électrique Schneider-Westinghouse (SW).

JPEG - 79.3 ko
Collection Boris Trolet. Droits réservés.
JPEG - 163.9 ko
Champagne-sur-Seine. Entrée de l’usine Schneider- 
Westinghouse (S. W.). Carte postale non-datée 
(années 1920 ?). Collection Mémoire Vive.

De 1936 à 1938, il est adhérent au Parti communiste.

Le 28 janvier 1939, à la demande de la direction générale de la Sûreté nationale au ministère de l’intérieur et après avoir consulté ses sous-préfets, le préfet de Seine-et-Marne transmet à celle-ci un long rapport sur « l’organisation et l’activité de chacun des partis extrémistes » de son département dans lequel sont répertoriées les cellules du parti communiste. Pour Champagne-sur-Seine, il indique : « Le nombre des adhérents est de 280 environ, dont une centaine pour la cellule de la société S.W. (Schneider et Cie) […]. Les réunions se tiennent chaque semaine chez M. Rateau, chef du secteur. »

Sous l’occupation, François Trolet participe à des diffusions de tracts et des récupérations d’armes dans la région sud de la Seine-et-Marne. Il sert sous les ordres d’André Gautier (qui deviendra le lieutenant “Victor” dans les FFI), d’abord dans le cadre de l’O.S. (organisation spéciale) [1], puis pour le Front national [2], dans le secteur de Champagne-sur-Seine.

Le 1er mai 1941, un inspecteur du commissariat spécial de Melun rédige un compte-rendu d’enquête pour son chef de service, relativement à « une lettre signée peu lisiblement et signalant une activité communiste dans la région de Champagne-sur-Seine. […] Le Matériel Électrique ou « Usines S.W. » occupe […] environ 700 ouvriers. Une vingtaine environ s’était faite remarquer par son attitude communiste, parmi eux : JAY René, né le 5 avril 1892 à Saint-Mammès (Seine-et-Marne), domicilié à Champagne-sur-Seine, 10 rue Henri-Paul, veilleur de nuit au chantier du pont de cette localité […], MAGNAT Jérôme […], MÉNAGER André […], ROUSSET Georges, né le 16 septembre 1914 à Avon […], traceur sur métaux, ex-secrétaire des Jeunesses communistes de Champagne, gendre de Jay René., TROLET François […]. Ces divers militants de l’ex-parti communiste sont encore en relations et, à plusieurs reprises, on a constaté des allées et venues. Depuis le mois de mars, trois distributions de tracts communistes ont eu lieu à Champagne-sur-Seine ; elles ont été effectuées principalement dans le quartier de l’Aubépine, […] habité par les ouvrier de S.W. Les deux dernières diffusions remontent au 23 avril […] et, enfin, dans la nuit du 19 au 30 avril […]. Cette dernière distribution n’a pas eu l’effet de propagande souhaité en raison d’une forte pluie qui s’est abattue sur la ville. À noter que JAY René et MÉNAGER André, tous deux militants convaincus, sont titulaires d’un laisser-passer de nuit pour leservice de garde du pont de Champagne-sur-Seine […] demandés par la maison Delattre et Frouard de Dammarie-les-Lys, chargée de la réfection du pont de cette commune. En outre, la situation politique du milieu ouvrier de Champagne-sur-Seine ne paraît pas s’être aggravée depuis la guerre. Au contraire, le militant le plus dangereux, le plus instruit, RATEAU Valentin, né le 6 mars 1910 à le Creusot (S et L), professeur à l’École Lafayette, est actuellement interné au Maroc. La direction de l’usine, que j’ai consulté, ne donne aucun nom de personnes pouvant servir d’agents de renseignement. Bien que déplorant la propagande antinationale communiste, la direction invoque qu’il serait délicat de déléguer un ouvrier pour la surveiller. On peut le regretter. »

Le dimanche 19 octobre 1941, François Trolet est arrêté par la Feldgendarmerie au retour d’une diffusion de tracts (la mémoire familiale suppose une dénonciation), lors d’une vague d’arrestations décidée par l’occupant et visant les communistes de Seine-et-Marne, pris comme otages en représailles de distributions de tracts et de destructions de récolte – meules, hangars – ayant eu lieu dans le département.

François Trolet est aussitôt interné au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise – 60), gardé par laWehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager), où il est enregistré sous le matricule n° 1696, parmi 86 Seine-et-Marnais arrêtés en octobre (46 d’entre eux seront des “45000”).

Le 28 novembre, la Feldkommandantur 680 de Melun adresse au chef du district militaire “A” à Saint-Germain-[en-Laye] une liste de 79 otages communistes seine-et-marnais pouvant être proposés pour uneexécution de représailles, parmi lesquels François Trolet.

Entre fin avril et fin juin 1942, celui-ci est sélectionné parmi plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (suivant un ordre d’Hitler). Deux autres habitants de Champagne-sur-Seine sont également sélectionnés : Jérôme Magnat et André Ménager (morts à Auschwitz).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

JPEG - 128.9 ko

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet 1942, François Trolet est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) ; peut-être sous le numéro 46159, selon les listes alphabétiques reconstituées (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée).

JPEG - 77.1 ko
Les SS ont détruit la plupart des archives du KL Auschwitz. 
Le portrait d’immatriculation de ce détenu a disparu.

Après l’enregistrement, les 1170 arrivants sont entassés dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit.

Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau où ils sont répartis dans les Blocks 19 et 20.

Le 10 juillet, après l’appel général et un bref interrogatoire, ils sont envoyés au travail dans différentsKommandos.

Le 13 juillet – après cinq jours passés par l’ensemble des “45000” à Birkenau – la moitié des membres du convoi est ramenée au camp principal (Auschwitz-I) après l’appel du soir. Aucun document ni témoignage publié à ce jour ne permet de préciser dans lequel des deux sous-camps du complexe concentrationnaire a été affecté François Trolet.

Il meurt à Auschwitz le 3 octobre 1942, d’après l’acte de décès établi par l’administration SS du camp [3].

Il est homologué au grade de sergent dans la Résistance Intérieure Françaises (RIF), pour un service compté du 1er mai 1941 au 15 septembre 1942 (n° 15928 – 6/11/1949). Il est homologué comme « Déporté politique” (n° 117516450), puis comme “Déporté résistant” (n°100136539).

Son nom est inscrit sur la plaque dédiées aux déportés politiques et aux victimes civiles. (1939-1945) de Champagne-sur-Seine, place Paul-Jay.

La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 3-06-2001).

Sources :

- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 73, 377 et 422. 
- Message de Boris Trolet, petit-fils de François (11-2006). 
- Archives départementales de Seine-et-Marne, Dammarie-les-Lys, cabinet du préfet, arrestations collectives octobre 1941 (cote M11409) ; notes (SC51241). 
- Mémorial de la Shoah, Paris, site internet, Archives du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) ; liste d’otages, document allemand, cote XLIV-60. 
- Death Books from Auschwitz, Remnants, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, K.G.Saur, 1995 ; relevé des registres (incomplets) d’actes de décès du camp d’Auschwitz dans lesquels a été inscrite, du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, la mort de 68 864 détenus pour la plupart immatriculés dans le camp (sans indication du numéro attribué), tome 3, page 1257 (34221/1942). 
- Site Mémorial GenWeb, 77-Champagne-sur-Seine, relevé de Olivier Engel (2005) ; photo.

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 23-01-2014)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la FNDIRP qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.

[1] O.S. : organisation spéciale du Parti communiste clandestin créée à partir de septembre 1940, à l’origine pour protéger les militant(e)s prenant la parole en public, les distributeurs de tracts et les colleurs d’affiches, elle est devenue le premier cadre de la résistance armée.

[2] Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France : mouvement de Résistance constitué en mai 1941 à l’initiative du PCF clandestin (sans aucun lien avec l’organisation politique créée en 1972 !).

[3] Différence de date de décès avec celle inscrite au Journal Officiel : Dans les années qui ont suivi la guerre, devant l’impossibilité d’obtenir des dates précises de décès des déportés, mais soucieux d’établir lesdocuments administratifs nécessaires pour le versement des pensions aux familles, les services français d’état civil – s’appuyant sur le ministère des Anciens combattants qui avait collecté le témoignage approximatif des rescapés – ont très souvent fixé des dates fictives : le 1er, le 15, le 30, le 31 du mois, voire le jour (et le lieu !) du départ.

Concernant François Trolet, c’est le 15 septembre 1942 qui a été retenu pour certifier son décès. La parution au J.O. rendant ces dates officielles, certaines ont quelquefois été gravées sur les monuments aux morts.