Émilie, Angéline, Porcher est née le 4 janvier 1881 à Boisville-la-Saint-Père (Eure-et-Loir). Elle était veuve depuis très longtemps d’Antoine, Julien, Amilcar, Fourmy. Elle avait été élevée à Chartres, mais elle s’était établie à Tours (Indre-et-Loire – 37) très jeune. Au moment de son arrestation, elle est domiciliée à Saint-Pierre-des-Corps (37).

La Résistance

Line Fourmy appartient à un groupe de Résistance communiste. Elle est dénoncée en même temps que Fabienne Landy.

Le 23 juillet 1942, la Gestapo l’arrête à son domicile où se trouve la machine à écrire qui sert à taper les tracts. Elle est emprisonnée à Tours.

Le 7 novembre 1942, Line Fourmy arrive au fort de Romainville avec le groupe des Tourangelles.

Auschwitz

JPEG - 142.9 ko
Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II)
par lequel sont passés les “31000”
(accès depuis la rampe de la gare de marchandises
et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…).
© Gilbert Lazaroo, février 2005.

Charlotte Delbo se souvient que Line Fourmy – 62 ans – a levé la main lorsque le médecin SS a demandé à celles, trop âgées ou trop fatiguées pour supporter l’appel, de se désigner. C’était le 3 ou le 8 février. Elle a été emmenée au block 25, « l’antichambre de la mort ».

Elle meurt le 20 février 1943, selon l’acte de décès du camp (la date du 15 février 1943 a été enregisrée à la mairie de Saint-Pierre-des-Corps).

Charlotte Delbo note : « Maman Line n’avait pas de famille. »

Sources :

- Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédition 1998), page 238.

MÉMOIRE VIVE

(dernière modification, le 6-11-2010)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).