JPEG - 5 ko
Aristide Bessé.

Aristide, Louis, Bessé naît le 28 novembre 1889 au lieu-dit Les Tarterets à Essonnes (Seine-et-Oise / Essonne), au domicile de ses parents, Aristide, Alexis, Bessé, 25 ans, ajusteur, et Marie Bryard, son épouse, 22 ans, journalière. Les témoins signant l’acte de naissance sont Louis-Denis Bryard, 53 ans, ajusteur, et Louis-Denis Bryard, 24 ans, papetier.

Le 1er mars 1913, à Paris 15e, Aristide Bessé se marie avec Jeanne Pfister.

Mobilisé au cours de la guerre 1914-1918 avec le grade de sergent, il obtient une citation devant les troupes et la Croix de guerre pour son courage. Il est blessé et captif comme prisonnier de guerre pendant quarante-deux mois.

Le 12 décembre 1922, Jeanne met au monde leur fils Paul. Mais leur mariage sera dissous trois ans et demi plus tard, le 30 juin 1926, par un jugement de divorce prononcé par le tribunal de la Seine.

Le 17 septembre 1932 à Fresnes [1] (Seine / Val-de-Marne), Aristide Bessé, 43 ans, épouse Georgette Rayaume, née le 8 juin 1892 à Lesges, près de Soissons (Aisne), âgée de 40 ans, divorcée d’un premier mariage contracté en juillet 1913, alors mécanicienne.

En 1936, le couple est domicilié au 12, sentier des Vignes, avenue de la République à Fresnes ; ils élèvent Paul.

Ils travaillent tous les deux à la Compagnie des compteurs de Montrouge [2], au 1, place des États-Unis (Seine / Hauts-de-Seine) ; lui – qui y reste 28 ans – se déclare comme outilleur et elle comme bobineuse.

Adhérent au Parti communiste vers la fin 1935, Aristide Bessé est élu Conseiller municipal de Fresnes lors des élections partielles des 27 juin et 4 juillet 1937, sur la liste dirigée par Maurice Catinat. Il est nommé à la Caisse des Écoles.

FresnesFrontRouge1937

À partir de mai 1939, devant la menace de guerre, la “défense passive” est mise en place. Dans cette perspective, les communes doivent fournir des masques à gaz à tous les adultes. Le Conseil municipal de Fresnes s’émeut de leur coût :

« Protestation contre le prix des masques à gaz. Monsieur Bessé demande au Conseil de s’associer à la protestation qu’il émet relative au coût des masques à gaz porté à 70 francs. Qu’il ne s’explique pas pourquoi les crédits récupérés sur les populations pour la défense nationale, de même que la subvention du Conseil général de la Seine, primitivement réservés pour une part à la confection des masques à gaz ont été détournés de leur emploi. À l’unanimité, le Conseil s’associe à la protestation de Monsieur Bessé. »

Quelques jours plus tard les habitants viennent chercher les masques à gaz à la mairie ainsi que les instructions d’utilisation.

En réponse à l’invasion de la Pologne par les troupes du IIIe Reich, la France déclare la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939 à 17 heures.

Le 4 octobre, le Président de la République – Albert Lebrun -, par décret et « sur la proposition du ministre de l’intérieur, suspend jusqu’à cessation des hostilités les Conseils municipaux » de 27 communes de la banlieue parisienne à majorité communiste, dont celui de Fresnes, et les remplace par des Délégations spéciales composées de notables désignés.

Le 9 février 1940, le conseil de préfecture de la Seine déchoit Aristide Bessé de son mandat municipal, ainsi que 21 autres élus municipaux de Fresnes – avec effet rétroactif au 21 janvier – pour ne pas avoir « répudié catégoriquement toute adhésion au Parti communiste ».

Le 5 octobre, Aristide Bessé est arrêté par la police française, comme onze autres élus et trois membres du PC de Fresnes, lors de la grande vague d’arrestations organisée dans les départements de la Seine et de la Seine-et-Oise par les préfets du gouvernement de Pétain contre des hommes connus avant guerre pour être des responsables communistes (élus, cadres du PC et de la CGT) ; action menée avec l’accord de l’occupant. Après avoir été regroupés en différents lieux, 182 militants de la Seine sont conduits le jour-même en internement administratif au “centre de séjour surveillé” (CSS) d’Aincourt (Seine-et-Oise / Val-d’Oise), créé à cette occasion dans les bâtiments réquisitionnés d’un sanatorium isolé en forêt.

Centre de séjour surveillé d’Aincourt. Plan de l’enceinte montrant les points d’impact après le bombardement par un avion anglais dans la nuit du 8 au 9 décembre 1940. Arch. dép. des Yvelines, (1W71).

Centre de séjour surveillé d’Aincourt. Plan de l’enceinte
montrant les points d’impact après le bombardement
par un avion anglais dans la nuit du 8 au 9 décembre 1940.
Arch. dép. des Yvelines, (1W71).

Conçus à l’origine pour 150 malades, les locaux sont rapidement surpeuplés : en décembre 1940, on compte 524 présents, 600 en janvier 1941, et jusqu’à 667 au début de juin.

Le 29 mars 1941, quinze épouses de détenus Fresnois – dont Georgette Bessé – adressent une lettre commune au préfet de la Seine afin d’être autorisées à leur rendre visite avec leurs enfants ; « attendu que les prisonniers de droit commun (criminels, voleurs) ont droit à des visites, nous ne pouvons comprendre que nos maris et pères, étant des hommes honnêtes, n’y ont pas droit. » Le 11 avril, le chef de cabinet du préfet demande au commissaire de police de la circonscription de Choisy-le-Roi d’ « avertir les pétitionnaires, en la personne de Mme Soupion » (probablement à l’origine de la lettre) que « le règlement intérieur du camp (interdit) les visites aux détenus. »

Le 6 septembre, Aristide Bessé est parmi les 150 détenus d’Aincourt (dont 106 de la Seine) transférés au “centre de séjour surveillé” (CSS) de Rouillé, au sud-ouest de Poitiers (Vienne), pour l’ouverture de celui-ci.

Le 9 février 1942, il est parmi les 52 « communistes » (dont 36 seront déportés avec lui) remis aux autorités d’occupation à la demande de celles-ci et conduits par des Feldgendarmes à la gare de Poitiers. Enfermés dans deux wagons à bestiaux, ils sont transférés – via Paris – au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré et gardé par la Wehrmacht (Frontstalag 122 – Polizeihaftlager).

Entre fin avril et fin juin, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande (en application d’un ordre de Hitler).

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits à pied sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le train part une fois les portes verrouillées, à 9 h 30.

Les deux wagons à bestiaux du Mémorial de Margny-les-Compiègne, installés sur une voie de la gare de marchandise d’où sont partis les convois de déportation. © Cliché M.V.

Les deux wagons à bestiaux du Mémorial de Margny-les-Compiègne,
installés sur une voie de la gare de marchandise
d’où sont partis les convois de déportation. © Cliché M.V.

Le voyage dure deux jours et demi. N’étant pas ravitaillés en eau, les déportés souffrent principalement de la soif.

Le 8 juillet, Aristide Bessé est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45239 (sa photo d’immatriculation a été retrouvée et identifiée [2]).

JPEG - 76.8 ko
Auschwitz-I, le 8 juillet 1942.
Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau,
Oswiecim, Pologne.
Collection Mémoire Vive. Droits réservés.

Après l’enregistrement, les 1170 arrivants sont entassés dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit.

Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau où ils sont répartis dans les Blocks 19 et 20. Le 10 juillet, après l’appel général et un bref interrogatoire, ils sont envoyés au travail dans différents Kommandos.

Le 13 juillet – après cinq jours passés par l’ensemble des “45000” à Birkenau – Aristide Bessé est dans la moitié des membres du convoi qui est ramenée au camp principal (Auschwitz-I) après l’appel du soir. Son nom figure sur une liste de détenus assignés au Block 4. Ensuite, il est assigné au Block 23.

Portail de l’entrée principale d’Auschwitz-I , le « camp souche ».
« Arbeit macht frei » : « Le travail rend libre »
Carte postale. Collection mémoire Vive.

Le 9 août il est admis au Block 20 (maladies contagieuses) de l’ “hôpital” d’Auschwitz, d’où il sort le 19 août pour entrer au Block 28 (médecine interne).

Aristide Bessé meurt à Auschwitz le 24 août 1942, selon les registres du camp [3].

Le 30 septembre 1944, lors de l’assemblée plénière du Comité local de libération de Fresnes, il est encore considéré comme « conseiller déporté en Allemagne » (supposé vivant… ?).

Le 28 mars 1946, Auguste Monjauvis, de Paris 13e, rescapé du convoi, complète et signe un formulaire à en-tête de la Fédération nationale des déportés et internés patriotes, et de l’Amicale d’Auschwitz, par lequel il certifie sur l’honneur qu’Aristide Bessé est décédé à Auschwitz à la date du : « mois d’octobre 1942 ». Le lendemain, 29 mars, Raymond Saint-Lary complète un formulaire identique avec les mêmes informations.

Le 22 juin suivant, l’officier de l’état civil au ministère des Anciens combattants et victimes de guerre (ACVG) établi l’acte de décès officiel d’Aristide Bessé « sur la base des informations figurant au dossier du de cujus, qui nous a été présenté ce même jour », en en fixant la date au 15 octobre 1942 [3].

Le 22 novembre 1961, à Paris, Georgette Bessé remplit un formulaire à en-tête du ministère des ACVG de demande d’attribution du titre de déporté politique à son mari. À la rubrique « Noms, prénoms et adresses (dans la mesure du possible) a. Des témoins de l’arrestation », elle écrit : « toute la municipalité ». Le 17 mai 1963, le ministère lui envoie la carte n° 1175.16455.

Le 11 novembre 1945, le nom d’Aristide Bessé est inscrit sur la plaque apposée à l’extérieur de la mairie de Fresnes  « Hommage du conseil municipal et de la population de Fresnes à leurs conseillers municipaux victimes de la barbarie Nazie ». il est également inscrit sur le monument aux morts de de la commune, à l’intérieur du cimetière, parmi les “déportés politiques et fusillés”.

En janvier 1964, Georgette Bessé habite rue Jules Ferry, à Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne).

La mention “Mort en déportation” est apposée sur l’acte de décès d’Aristide Bessé (J.O. du 9-09-1987).

Sources :

- Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, sous la direction de Jean Maitron, Élus municipaux de Paris et de la banlieue de 1919 à 1940, Les Éditions de l’Atelier/Les Éditions Ouvrières, 1990-1997, CD-rom, version 3.61 (citant : Arch. Dép. Seine, D M3 et Versement 10451/76/1 – Arch. Com. Fresnes)
- Françoise Wasserman, Juliette Spire et Henri Israël, 1939-1944, Fresnes dans la tourmente, ouvrage édité par l’Écomusée de Fresnes à la suite de l’exposition présentée du 18-10-1994 au 8-05-1995.
- Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, Le convoi politique du 6 juillet 1942, Éditions Autrement, collection mémoires, Paris 2005, pages 387 et 395.
- Nadia Ténine-Michel, Le camp d’Aincourt (Seine-et-Oise), 5 octobre 1940 – 15 septembre 1942, article in Les communistes français de Munich à Châteaubriant (1938-1941), sous la direction de Jean-Pierre Rioux, Antoine Prost et Jean-Pierre Azéma, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, novembre 1987.
- Archives départementales de l’Essonne, Chamarande, site internet, archives en ligne, registre des naissances de Corbeil-Essonnes 1889-1892 (AE 3258), année 1889, acte n° 201 (vue 71/79).
- Archives départementales de l’Aisne, Laon, site internet, archives en ligne, registre d’état civil de Lesges, année 1892, cote ?, acte n° 6 (vues 4 et 5/11).
- Archives communales de Fresnes (recensement de 1936, liste de candidats aux élections de 1937, listes de déportés…), recherches conduites par Dominique Couderc (03-2007).
- Archives de la préfecture de police (Seine / Paris) site du Pré-Saint-Gervais ; cartons “occupation allemande”, camps d’internement… (BA 2374).
- Archives départementales des Yvelines (78), Montigny-le-Bretonneux ; centre de séjour surveillé d’Aincourt, révision trimestrielle (1w74), dossier individuel (1W91).
- Archives départementales de la Vienne ; camp de Rouillé (109W75).
- Death Books from Auschwitz, Remnants, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, K.G.Saur, 1995 ; relevé des registres (incomplets) d’actes de décès du camp d’Auschwitz dans lesquels a été inscrite, du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, la mort de 68 864 détenus pour la plupart immatriculés dans le camp (sans indication du numéro attribué), tome 2, page 82 (24396/1942).
- Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, Oświęcim, Pologne, Bureau d’information sur les anciens prisonniers (Biuro Informacji o Byłych Więźniach) ; relevé dans les archives du Musée d’Auschwitz-Birkenau (01-2009), liste du Block n° 20, hôpital d’Auschwitz-I, page 296.
- Site internet Mémorial GenWeb, relevé de Bernard Tisserand (02-2004).
- Division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC), ministère de la Défense, Caen, dossier d’Aristide Bessé (21 P 425 244) ; acte de mariage de la mairie du 15e ; recherches de Ginette Petiot (messages 10-2016, 12-2016).

MÉMOIRE VIVE

(dernière mise à jour, le 21-12-2016)

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations dont vous disposez (en indiquant vos sources).

En hommage à Roger Arnould (1914-1994), Résistant, rescapé de Buchenwald, documentaliste de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP) qui a initié les recherches sur le convoi du 6 juillet 1942.

[1] Fresnes : jusqu’à la loi de juillet 1964, cette commune fait partie du département de la Seine, qui inclut Paris et de nombreuses villes de la “petite couronne”, dont la “ceinture rouge” des municipalités dirigées par des maires communistes (transfert effectif en janvier 1968).

[2] Sa photographie d’immatriculation à Auschwitz a été reconnue (son nom orthographié « Besset ») par des rescapés lors de la réunion organisée à l’Amicale d’Auschwitz le 10 avril 1948 (bulletin “Après Auschwitz”, n°21 de mai-juin 1948).

[3] La date de décès inscrite au Journal Officiel : Dans les années qui ont suivi la guerre, devant l’impossibilité d’obtenir des dates précises de décès des déportés, mais soucieux d’établir les documentsadministratifs nécessaires pour le versement des pensions aux familles, les services français d’état civil – s’appuyant sur le ministère des Anciens combattants qui avait collecté le témoignage approximatif des rescapés – ont très souvent fixé des dates fictives : le 1er, le 15, le 30, le 31 du mois, voire le jour (et le lieu !) du départ. Concernant Aristide Bessé, c’est le 15 octobre 1942 qui a été retenu pour certifier son décès. La parution au J.O. rendant ces dates officielles, certaines ont quelquefois été gravées sur les monuments aux morts ; comme sur la plaque de la mairie de Fresnes.